Guerre commerciale

24 mai 2019 00:54; Act: 24.05.2019 06:37 Print

Trump mêle Huawei et pourparlers avec Pékin

Pour la première fois, le président américain a affirmé jeudi que Huawei pourrait être inclus dans un accord commercial avec la Chine.

storybild

Donald Trump à la Maison Blanche jeudi 23 mai 2019. (Photo: AFP)

Sur ce sujet
Une faute?

Donald Trump a, pour la première fois jeudi, mêlé Huawei --une entreprise chinoise qu'il accuse de menacer la sécurité des Etats-Unis-- et les négociations pour mettre fin à la guerre commerciale avec Pékin.

Le numéro deux mondial des smartphones est «très dangereux. Quand vous regardez ce qu'ils ont fait d'un point de vue de la sécurité, d'un point de vue militaire. Très dangereux. Mais il est possible que Huawei soit inclus dans un accord commercial. Si on a un accord, je vois bien Huawei inclus d'une manière ou d'une autre», a dit le président américain au cours d'une conférence de presse très décousue.

En pleine guerre commerciale sino-américaine, l'administration Trump a placé Huawei sur une liste de sociétés suspectes auxquelles il est interdit de vendre des équipements technologiques de crainte que Pékin ne s'en serve à des fins d'espionnage.

Une question de survie

Même si l'interdiction a été suspendue pour trois mois, il en va néanmoins de la survie même du groupe chinois, selon des experts: Huawei dépend largement pour ses téléphones de puces électroniques fabriquées aux Etats-Unis.

Poussé par un journaliste à donner davantage de détails sur la façon dont le groupe chinois pourrait être intégré à des négociations déjà difficiles, M. Trump est resté très évasif: «Il est trop tôt pour le dire. Nous sommes très inquiets (du risque que présente) Huawei du point de vue de la sécurité».

Pour l'heure, les deux dossiers avaient été tenus bien séparés alors que services de renseignements et diplomates américains tentent depuis de longs mois de convaincre leurs principaux partenaires de ne pas travailler avec le groupe chinois.

Le chef de la diplomatie américaine Mike Pompeo avait exprimé jeudi matin encore l'espoir «que ces deux questions (Huawei et le commerce) restent séparées», après que le gouvernement chinois a menacé de geler les négociations commerciales si les Américains ne faisaient pas preuve de «sincérité».

Une loi sur la 5G

Dans un entretien avec la chaîne CNBC, M. Pompeo gardait espoir de trouver un accord commercial avec la Chine tout en accusant Huawei de mentir sur ses liens avec le gouvernement chinois. «Le PDG de Huawei ne dit pas la vérité au peuple américain ni au monde» quand il affirme qu'il n'a pas de lien avec le gouvernement, a accusé M. Pompeo, citant la législation chinoise qui, selon lui, force les entreprises du pays à collaborer avec les autorités.

Au même moment, des élus américains des deux bords --un événement rare-- ont proposé un texte de loi pour protéger le futur réseau 5G américain du fabricant chinois. Cette loi doit empêcher «les entreprises qui reçoivent des instructions d'un adversaire étranger d'infiltrer notre réseau national de communications», a déclaré Mark Warner, un sénateur démocrate.

Pékin avait, plus tôt, haussé le ton en annonçant avoir adressé «une protestation solennelle» à Washington. Et le ministre chinois des Affaires étrangères Wang Yi avait dénoncé mercredi un «harcèlement économique» destiné à «entraver le processus de développement» de son pays. Il a promis que Pékin se battrait «jusqu'au bout».

Malgré le répit accordé par Washington pour couper l'accès de Huawei à la technologie américaine, plusieurs groupes ont préféré prendre les devants face aux incertitudes planant désormais sur les produits du géant chinois des télécoms.

Panasonic, Vodafone, etc.

Le géant japonais de l'électronique Panasonic a ainsi rejoint jeudi la liste des grands groupes technologiques ayant annoncé une rupture de certains liens avec le Chinois et ses 68 filiales. Cela concerne des produits de Panasonic fabriqués complètement ou partiellement aux Etats-Unis mais le volume est faible et l'impact limité, a précisé à l'AFP une source proche du groupe. Toshiba a annoncé la suspension de ses livraisons à Huawei pour vérifier que ses produits ne comportaient pas de composants «made in USA».

Mercredi déjà, de grands opérateurs nippons (KDDI, Softbank) et britanniques (Vodafone, EE) ont annoncé un report du lancement de nouveaux modèles du groupe chinois, ces appareils pouvant perdre une grande partie de leur intérêt sans l'apport de technologies américaines. Pourrait s'ajouter à la liste un autre Britannique, ARM. Le groupe, qui conçoit des semi-conducteurs utilisés par l'ensemble de l'industrie des télécoms, a fait savoir qu'il appliquait la consigne de Washington.

Dès dimanche, Google avait donné le la en disant que son système d'exploitation Android, présent dans l'immense majorité des téléphones dans le monde, n'équiperait plus les futurs smartphones de Huawei. En réaction, ce dernier travaille sur son propre système concurrent, HongMeng, qui pourrait être prêt en Chine avant la fin de l'année, selon Richard Yu, un haut responsable de Huawei cité par CNBC. A l'international, le système serait disponible en début d'année prochaine, selon la même source.

Le regain de tensions a pesé fortement sur les marchés en Asie et aux Etats-Unis. Le Fonds monétaire international a de nouveau mis en garde contre les conséquences néfastes de la guerre commerciale entre les deux premières puissances économiques mondiales pour la croissance.

(nxp/afp)

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 72 heures est automatiquement désactivé en raison du très grand nombre de messages que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Ching Thok le 24.05.2019 09:17 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Démasqué

    Voilà la preuve que c'est uniquement du business et que la question sécuritaire c'est que de l'intox

  • Bis repetita le 24.05.2019 07:11 Report dénoncer ce commentaire

    Personne ne se sert avant moi !

    Bon si, au final ça va casser le monopole Google et Androïd sur les smartphones, c'est pas si mal. En fait c'est une guerre comerciale qui prends la 5G et Huawei en grippe parceque les américains ont pris du retard. Ca ressemble à la sortie du Concorde il ya 50 ans: les américains avaient décidé d'interdire les vols commerciaux supersonic pour casser l'avancée technologique UE quelque mois après avoir fait l'étude de marcher.

  • Mickey Pmurt le 24.05.2019 07:50 Report dénoncer ce commentaire

    Dubitatif

    Huawai vend des téléphones équipé de puces américaines et un OS américain. Je ne comprends pas: Qui est capable de rendre ces téléphones 'espion? La Chine ou les USA?

Les derniers commentaires

  • Are you choking? le 28.05.2019 05:54 Report dénoncer ce commentaire

    2 feared dead, 17 hurt

    Après la tribulation japonaise du Grand Manitou, un Japonais armé d'un couteau japonais tue deux personnes, dont un enfant, et blesse 17 autres à Kawasaki City près de Tokyo. Les mauvaises langues asiatiques rejettent la faute sur Trump: "Everywhere he goes people want to kill." (Partout où il va, les gens veulent tuer.)

  • jules césar le 26.05.2019 13:15 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    c'est qui le patron?

    En lisant l'article, assez flous dans les explications techniques, on comprend que tout le monde à besoin de tout le monde. Les diverses sociétés occidentales et asiatiques, non chinoises, se plient au dictat américain, et les chinois ont compris que seule leur Huawei ne pourra pas s'imposer sur le marché international. Donc Trump à raison de mettre l'affaire dans le paquet globale des négociations avec Pékin. Encore une fois les américains font étal de leur puissance.

    • because, cause, coz le 27.05.2019 06:53 Report dénoncer ce commentaire

      @jules césar

      Nos accords de libres échanges avec la Chine et notre contrat avec Huawei pour le développent du 5G le gênent.

  • tweet by tweet le 26.05.2019 07:06 Report dénoncer ce commentaire

    un héros ?

    Avec un Huawei de couleur rouge, Trump pourrait parler plus vite et envoyer des tweets en chinois (mandarin et cantonais) sur son Twitter. Voici la liste de trois héros les plus connus aux Amériques: Superman, l'étalon italien Rocky Balboa (with/5 children) et Trump.

  • Jee-el le 26.05.2019 04:28 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    hors sujet

    mais similaire par le principe. l'article au sujet de l'importance de la désinformation dans le cadre des "européennes". "ce n'est pas une information fausse, mais qui s'éloigne et contrevient au dogme UE" vidéo tournée au sein du parlement UE: "on a infiltré la commission européenne" Le Fil d'Actu sur YT

  • John Doe le 25.05.2019 21:25 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Falling down

    Décidément, après les fausses attaques du golfe du Tonkin (déclenchement de la guerre du Vietnam), un 11 Septembre plus que douteux, des preuves que l'Irak possédait des armes de destructions massives jamais retrouvées, l'Iran qui ment concernant son programme nucléaire (pas de preuves) , le Venezuela qui martyrise sa population (on a pu constater l'immense rébellion...) et huawei qui espionne la planète en utilisant un OS et des CPU brevetés USA (pas de preuves), ils ont tout juste. Pays du fake et de la dette abyssale de 22500 milliards grandissant de 3 milliards par jour, quelle crédibilité pensent ils avoir ? Boycottés tous leurs produits et accelerons leur chute...

    • un Suisse heureux... le 25.05.2019 23:07 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

      @John Doe

      Vous avez tout compris Monsieur...c'est la fin du rêve américain...Bonjour le début du rêve asiatique...fallait pas jouer avec l'économie mondial... Cher Donald...

    • Jee-el le 26.05.2019 04:00 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

      @John Doe

      la crédibilité ? celle que nos politiciens et nos médias leur octroient les yeux fermés. leur crédibilité ? notre crédulité. la réalité, elle, est dans une autre direction...