Télécom

15 mai 2019 21:20; Act: 15.05.2019 21:20 Print

Trump s'apprête à bannirle géant chinois Huawei

L’équipementier essaie de prouver sa bonne foi, alors que les accusations d’espionnage ne faiblissent pas.

storybild

La firme est au cur dun bras de fer entre Washington et Pékin. (Photo: AFP)

Sur ce sujet
Une faute?

«Nous sommes prêts à signer des accords de «non-espionnage» avec les gouvernements et à nous engager à ce que nos équipements respectent les normes» de sécurisation des télécommunications», a déclaré mardi le président de Hua­wei. Mais les efforts de la société chinoise se heurtent aux craintes des États-Unis que ses installations ne servent de cheval de Troie à Pékin.

La Chine pourrait utiliser les équipements 5G de Huawei dans les pays occidentaux à des fins d’espionnage, selon Washington. Le président américain Donald Trump s’apprête même à signer cette semaine un décret interdisant aux sociétés américaines d’utiliser des équipements de Hua­wei, a indiqué Reuters hier. Depuis 2018, les administrations fédérales américaines ont déjà l’interdiction de recourir aux installations des chinois Huawei et ZTE.

L’Otan s’inquiète, elle, de la sûreté des réseaux mobiles de ses membres. Le secrétaire général de l’alliance militaire a ainsi appelé mardi le Royaume-Uni à garder à l’esprit la sécurité de ses installations alors que le Gouvernement britannique étudie une participation de Huawei aux infrastructures 5G du pays.

Londres est divisé sur la question. La Première ministre Theresa May serait favorable à un feu vert accordé à Huawei alors que le ministre des Affaires étrangères a assuré que le Royaume-Uni «ne prendrait jamais une décision qui compromettrait sa capacité à partager des renseignements» avec ses proches alliés.

(reg/afp)