Banques

02 mai 2019 12:17; Act: 02.05.2019 12:17 Print

UBS rejette les critiques sur le litige en France

Le président Axel Weber a déploré lors de l'assemblée générale d'UBS qu'il ait été «malheureusement impossible» de trouver un règlement extrajudiciaire au litige en France.

storybild

le président d'UBS, Axel Weber, a défendu les bonnes pratiques de sa banque. (Photo: Keystone)

Une faute?

UBS n'a pas réussi à trouver un accord avec les autorités françaises qui soit acceptable aux yeux de la grande banque. A l'occasion de l'assemblée générale, le président Axel Weber a répondu aux critiques qui voient dans la condamnation du numéro un bancaire helvétique à Paris le résultat d'une erreur stratégique des dirigeants.

«Par le passé, nous avons (...) été en mesure de régler des affaires judiciaires rapidement et à des conditions acceptables, au moyen de paiements», a rappelé M. Weber devant les actionnaires réunis à la Halle St-Jacques de Bâle. Dans l'affaire française, trouver une «voie acceptable» pour parvenir à un règlement extrajudiciaire s'est révélé «malheureusement impossible», a-t-il expliqué.

Fausses rumeurs

Le 20 février dernier, UBS a été reconnu coupable en France de «démarchage bancaire illégal» et «blanchiment aggravé de fraude fiscale» sur la période 2004-2012, un verdict assorti d'une facture de 4,5 milliards d'euros (environ 5 milliards de francs). La banque a fait appel.

Le groupe zurichois a été la cible de critiques pour avoir, entre autres, prétendument refusé un règlement extrajudiciaire du litige qui aurait coûté moins cher, soit environ 1,1 milliard d'euros. Les dirigeants ont toujours affirmé qu'il s'agissait de fausses rumeurs.

UBS a pris la décision d'aller en justice dans l'intérêt des actionnaires, a assuré le président, qui reste convaincu que les arguments du géant bancaire feront mouche en deuxième instance.

(nxp/ats)