Réunion de la BERD

19 mai 2012 14:10; Act: 19.05.2012 14:14 Print

Un fonds d'un milliard pour les pays arabes

Les actionnaires de la Banque européenne pour la reconstruction et le développement (BERD) ont approuvé samedi la création d'un fonds d'un milliard d'euros pour aider les pays arabes.

Une faute?

La banque pourra intervenir dans quatre pays: l'Egypte, la Tunisie, le Maroc et la Jordanie. Ce fonds «permettra de lancer des investissements dans des démocraties arabes émergentes, en réponse à la vague de changements politiques intervenus dans certaines parties du Moyen-Orient et d'Afrique du Nord», a expliqué la banque dans un communiqué. La BERD a déjà ouvert des bureaux au Caire, à Casablanca, Tunis et Amman.

La Banque avait été créée en 1991 pour favoriser le passage des pays de l'ex-bloc soviétique à l'économie de marché et intervenait jusqu'à présent dans 29 pays d'Europe de l'Est et d'Asie centrale.

Elle avait reçu pour mission, lors de sa précédente assemblée générale, de soutenir les «démocraties arabes émergentes». L'expansion de son rayon d'action au sud et à l'est de la Méditerranée avait été souhaitée «par la communauté internationale et les pays de la région», a-t-elle rappelé.

Situation «instable»

«Alors que la voie est relativement bien tracée dans les pays d'Europe de l'Est et d'Asie centrale, où la BERD est engagée depuis de nombreuses années, la situation est beaucoup plus instable dans cette nouvelle zone d'intervention», avait relevé vendredi soir le conseiller fédéral Johann Schneider-Ammann.

Autre différence, les Etats de cette nouvelle zone «étaient relativement performants avant la crise qu'ils viennent de traverser», avait ajouté le chef du Département fédéral de l'économie (DFE). La BERD ne devra donc pas partir de zéro pour attirer des investissements étrangers et stimuler la création d'emplois sur place.

Les premiers projets devraient être bouclés en septembre, a assuré la BERD, en précisant que le fonds spécial était créé sur les réserves propres de la banque.

Nouveau président

La BERD s'est choisie vendredi un nouveau président pour quatre ans, le Britannique Suma Chakrabarti, un spécialiste du développement, qui sera donc chargé de mettre en oeuvre l'ouverture de l'institution aux pays arabes, un mouvement initié par son précésseur, l'Allemand Thomas Mirow.

(ats)