Littérature

10 octobre 2019 22:49; Act: 10.10.2019 22:52 Print

Une Prix Nobel qui réjouit son éditrice lausannoise

La récompense suprême en littérature a été décernée jeudi à Olga Tokarczuk. Un coup de projecteur sur sa maison d’édition francophone.

storybild

Le succès d'Olga Tokarczuk réjouit sa maison d'édition francophone, basée à Lausanne. (Photo: AFP/Sascha Schuermann)

Sur ce sujet
Une faute?

«C’est un honneur et une source de fierté», a réagi jeudi Olga Tokarczuk après avoir obtenu le Prix Nobel de littérature 2018, repoussé d’une année après un scandale qui a éclaboussé l’institution. Les livres de l’écrivaine polonaise de 57 ans se déroulent dans son pays natal, mais «sont lus comme des histoires universelles, importantes pour les gens à travers le monde».

Ce succès réjouit également les éditions lausannoises Noir sur Blanc: leur directrice, Vera Michalski, «y croyait» depuis longtemps. «Mais malgré cette intuition, j’ai été extrêmement surprise!»

Quel sera l’impact sur la maison d’édition, qui publie quatre ouvrages de l’écrivaine en langue française? «Nous avons lancé des réimpressions mais nous restons prudents. Nous allons attendre les réactions des libraires, notamment en France, car l’impact d’un Prix Nobel est toujours difficile à estimer», explique Vera Michalski.

L’augmentation des ventes après un tel prix est importante mais son ampleur dépend de l’auteur et des sujets. Juste après son Nobel en 2014, le dernier lauréat français, Patrick Modiano, avait vu son dernier ouvrage être écoulé à 360'000 exemplaires, contre 80'000 pour les précédents.

Pour certains, les ventes peuvent même décupler. Mais l’impact est plus faible pour des auteurs non francophones. Le Suédois Tomas Tranströmer, en 2011, avait vu ses livres sortir de l’anonymat (de 92 vendus en septembre à 3000). La même question se posera pour le Nobel 2019 décerné à l’Autrichien Peter Handke. 

(reg/afp)