Faillite de Thomas Cook

23 septembre 2019 11:53; Act: 23.09.2019 13:34 Print

Une directive européenne protège les touristes

La garantie ATOL (Air Travel Trust Fund) entre en jeu avec la faillite de Thomas Cook. Le gouvernement britannique mettra aussi la main à la poche si nécessaire.

storybild

Photo d'illustration. (Photo: AFP)

Une faute?

La faillite de Thomas Cook a de quoi rendre anxieux les clients du voyagiste britannique, mais un grand nombre d'entre eux devraient être protégés et remboursés grâce à une directive européenne.

Celle-ci prévoit que tous les voyages organisés achetés dans l'Union européenne sont protégés. Au Royaume-Uni, malgré le Brexit prévu dans un peu plus d'un mois, cette directive s'applique sous le nom de garantie ATOL (Air Travel Trust Fund) qui entre en jeu avec la faillite de Thomas Cook et le rapatriement de 150'000 touristes britanniques par l'Autorité britannique de l'aviation civile (CAA). Ce système est géré par la CAA et s'applique pour les touristes ayant acheté un voyage tout compris avec vols et hôtels. Les touristes déjà en vacances pourront finir leur séjour puis rentrer normalement, affectés sur d'autres compagnies. Ceux qui ne sont pas encore partis bénéficient d'un remboursement ou d'une autre offre de vacances.

«Des centaines de milliers de vacanciers vont être incroyablement inquiets», mais «la bonne nouvelle c'est que la protection ATOL signifie qu'ils seront ramenés à la maison sans charge supplémentaire», explique l'association de consommateurs Which?.

Le département des Transports évalue le coût de l'opération de rapatriement à environ 100 millions de livres (123 millions de francs).

En revanche, ATOL ne prend pas en charge des frais annexes sur place par exemple les réservations liées à un mariage ou autre événement.

De même, il ne couvre pas l'achat de billet d'avion seul. Les voyageurs ayant acheté seulement des billets auprès de Thomas Cook ne sont pas couverts par ATOL mais peuvent se tourner vers leur fournisseur de carte de crédit ou les assureurs pour obtenir un remboursement.

À la charge du gouvernement

Downing Street a toutefois ajouté que vu les circonstances, les voyageurs qui doivent rentrer au Royaume-Uni seront rapatriés sans frais à la charge du gouvernement, quelle que soit leur nationalité et qu'ils soient protégés par ATOL ou pas.

ATOL, introduite en 1973, protège quelque 20 millions de vacanciers britanniques chaque année.

Ce fonds de protection est financé par une commission de 2,50 livres prélevés sur chaque voyage.

Il a déjà été utilisé il y a deux ans pour la faillite de la compagnie aérienne Monarch mais l'ampleur du rapatriement était environ deux fois moindre.

La directive européenne des voyages tout compris (Package travel directive) s'applique pour les autres pays de l'UE qui pourront bénéficier de garanties ou fonds de remboursement locaux.

Chaque voyage organisé compte une part du tarif destinée à abonder le fonds de garantie, qui doit servir aux situations d'urgence comme l'est la faillite de Thomas Cook.

(nxp/afp)