Crise des opioïdes

05 mars 2019 20:24; Act: 05.03.2019 20:44 Print

Une faillite volontaire pour éviter une mégaprune?

Le fabricant de l’OxyContin est accusé d’avoir contribué à la crise des opioïdes, un fléau qui ravage les États-Unis.

storybild

Lanalgésique est prescrit pour soulager de fortes douleurs. DR

Sur ce sujet
Une faute?

Plus de 47'600 personnes sont mortes par surdose d’opioïdes en 2017 aux États-Unis, soit six fois plus qu’en 1999, selon des statistiques officielles.

Sur le banc des accusés: la pharma américaine Purdue, qui produit l’OxyContin. Elle est ciblée par des poursuites lui reprochant d’avoir induit en erreur les patients sur les risques liés à son traitement contre la douleur.

Plus de 1600 plaintes visent la firme et d’autres fabricants d’opioïdes concernant des pratiques trompeuses pour booster les ventes de leurs produits, menant des centaines de personnes à la dépendance ou à la surdose, selon plusieurs médias.

Pour les avocats chargés des dossiers, ces poursuites peuvent être comparées à celles lancées contre l’industrie du tabac, et qui avaient débouché sur une entente à l’amiable de 246 milliards de dollars en 1998 aux États-Unis.

Afin d’éviter un tel scénario, Purdue réfléchirait à se déclarer en faillite. Cela mettrait un terme aux poursuites et permettrait à la pharma de négocier avec les plaignants sous l’autorité d’un juge.

La richissime famille Sackler, qui possède la société, est aussi poursuivie par une procureure du Massachusetts qui l’accuse de s’être enrichie de 4,2 milliards grâce à un marketing trompeur.

La firme critique les affirmations «incendiaires et scandaleuses» de la procureure et demande un non-lieu, rappelant que les autorités avaient validé les avertissements sur la notice de l’OxyContin.

(reg)