Zurich

23 juillet 2014 07:21; Act: 23.07.2014 18:00 Print

Ventes et bénéfice en repli pour ABB

Pénalisé par les difficultés de la division des systèmes d'énergie Power Systems, le groupe électrotechnique zurichois affiche une performance semestrielle en net repli.

Une faute?

ABB a vu son bénéfice net chuter de 17% en un an à 1,18 milliard de dollars. Les ventes n'ont que marginalement fléchi, soit de 1% à 19,67 milliards de dollars.

Sur le seul 2e trimestre, le profit net a reculé de 17% à 636 millions de dollars, tandis que le résultat d'exploitation avant intérêts, impôts, dépréciations et amortissements s'est contracté de 15% à 1,33 milliard. Les revenus sont demeurés stables à 10,19 milliards.

Signe réjouissant pour la suite, les entrées de commandes se sont étoffées de 14% par rapport à la même période de 2013, à 10,57 milliards de dollars. Les gros contrats, soit ceux supérieurs à 35 millions de dollars, ont bondi de plus de 70%, alors que les ordres ordinaires ont aussi progressé. L'ensemble des régions a contribué à cette expansion.

Les commandes ont ainsi augmenté de 4% en Europe et de 5% au Moyen-Orient et en Afrique. Dans la région Amériques, les ordres se sont envolés de 29% et de 12% en Asie.

Ventes en hausse en Europe

Les ventes se sont étoffées de 6% en Europe, seule région à présenter une expansion. Le tassement s'est inscrit à 4% dans les Amériques. En Asie, en Afrique et au Moyen-Orient, les ventes se sont repliées de 3%.

La performance trimestrielle s'est révélée inférieure aux attentes des analystes, qui tablaient en moyenne sur un bénéfice net de 698 millions de dollars pour des ventes attendues à 10,2 milliards de dollars.

A la bourse suisse, les investisseurs n'ont pas sanctionné les résultats de la société. A la clôture, l'action du groupe électrotechnique a gagné 1,62% à 21,39 francs, dans un marché des valeurs vedettes en progrès de 0,13%.

Sur l'ensemble du premier semestre, les commandes ont crû de 6% à 20,92 milliards de dollars. A fin juin, le carnet d'ordres se montait à 27,09 milliards de dollars, un niveau toutefois inférieur de 4% à celui présenté un an auparavant.

Pas d'inquiétudes

Cité dans le communiqué, le patron du groupe a estimé que cette dynamique devrait se poursuivre à la faveur des mesures mises en oeuvre notamment afin d'améliorer la présence sur les marchés et les capacités d'innovation.

Aux Etats-Unis et en Chine, les deux plus importants débouchés d'ABB, le groupe a enregistré au 2e trimestre une croissance jugée prometteuse. Dans le détail des divisions, Power Systems, qui fait l'objet d'un plan de transformation poussé, a vu ses ventes baisser de 8% à 1,81 milliard de dollars. La perte EBITDA s'est chiffrée à 24 millions de dollars.

M. Spiesshofer n'a pas voulu s'inquiéter de la persistance de mauvaises performances pour Power Systems. Il s'est déclaré «satisfait des progrès accomplis», les mesures initiées fonctionnant.

M. Spiesshofer a une nouvelle fois assuré qu'ABB n'entend pas se défaire de Power Systems, ni quitter le secteur solaire, mais bien redresser ces activités.

Réductions de coûts

Les autres divisions, à savoir automation industrielle et moteurs, produits à basse tension, produits énergie et automation de processus ont certes dégagé des profits. Mais seule la première est parvenue à améliorer sa performance ainsi que ses ventes.

Au chapitre des perspectives, ABB souligne que la demande à long terme pour ses produits demeure «de toute évidence positive». A plus courte échéance, la direction compte améliorer sa croissance organique en élargissant ses services et aussi se concentrer sur les réductions de coûts.

(ats)