Au lieu de Cash

22. April 2013 07:00; Akt: 21.04.2013 16:45 Print

"Salaire-jeunesse" au lieu de l'argent de poche

Plutôt que de donner de l'argent de poche, les parents versent de l'argent sur un compte: avec le "salaire-jeunesse", les adolescents apprennent à gérer leur argent.

storybild

L'argent de poche est souvent un sujet de conflit dans les familles. (Bild: postfinance)

Zum Thema
Fehler gesehen?

Les parents assument souvent sans le vouloir le rôle du méchant trésorier, et les adolescents se sentent humiliés lorsqu'ils doivent faire la manche à chaque achat important.

Négocier un contrat

Le «salaire-jeunesse» représente une alternative: les parents versent tous les mois une somme déterminée sur le compte de leurs enfants adolescents et définissent, dans un contrat annuel, l'utilisation de cet argent. On trouvera par exemple sur la «liste des achats» des dépenses pour des vêtements, du matériel de sport, des portables, des loisirs et éventuellement des repas à l'extérieur. Les cotisations pour l'assurance-maladie, les frais médicaux non remboursés, etc. ne sont normalement pas inclus dans le «salaire-jeunesse». En contrepartie, les adolescents s'engagent à exécuter certaines tâches ou à exaucer certains vœux de leurs parents. L'âge idéal pour passer de l'argent de poche au «salaire-jeunesse» est fixé à 12 ans par l'organisation pour la jeunesse Pro Juventute. Celui qui apprend à gérer son argent tôt maîtrisera mieux ses dépenses plus tard.

Les droits et obligations de Jean

Voici un exemple: des parents versent tous les mois un montant de CHF 150,- sur le compte de leur fils Jean, âgé de 14 ans. Avec cet argent, ce dernier achète des vêtements, paie le coiffeur, les activités sportives, les repas et les snacks à l'école, les cadeaux et les sorties. Ses parents lui ont formellement interdit d'acheter des boissons alcoolisées et des jeux vidéo au contenu violent. Pour obtenir son salaire mensuel, Jean doit faire le ménage dans sa chambre, sortir les poubelles, mettre la table et jouer régulièrement de la guitare.

Eviter les premiers obstacles

L'expérience a démontré que les adolescents dépensaient trop vite leur argent au cours des premiers mois. Les parents peuvent ici agir de manière préventive en accompagnant étroitement leur enfant le premier mois et en discutant avec lui de la répartition des dépenses. Souvent, les parents ne savent pas vraiment quel montant mensuel ils doivent verser. Il n'existe aucune règle en la matière. Le montant dépend de leurs revenus. Nous proposons aux parents de noter pendant un an les dépenses de leur enfant pour se faire une idée approximative du montant adéquat du «salaire-jeunesse».

Ne pas avancer de l'argent

Important: si un enfant ne répartit pas ses dépenses correctement, il doit en assumer seul les conséquences et renoncer éventuellement à sa prochaine sortie. Les parents ne doivent en aucun cas lui avancer de l'argent. L'effet didactique serait complètement perdu. Qui plus est, les adolescents doivent aussi apprendre à prendre des responsabilités: les enfants sont en effet responsables de tout ce qu'ils peuvent provoquer seuls dès lors qu'ils sont capables de discernement (articles 16 et 333 CC). Les adolescents percevant un «salaire-jeunesse» répondent également des amandes, des marchandises commandées ou même des découverts bancaires.

La confiance est impérative

En revanche, les parents doivent accepter que leur enfant rentre à la maison avec un jean de marque à CHF 250.- et renonce pour cela au coiffeur et au cinéma. Une certaine confiance mutuelle est nécessaire pour le «salaire-jeunesse». Les adolescents ont ainsi l'opportunité de répartir eux-mêmes leur argent. Ils apprennent également à développer des valeurs et des règles et à porter un regard critique sur leur comportement de consommateur.

Pour en savoir plus sur le thème du "salaire-jeunesse", lisez la brochure de Pro Juventute: www.dettes.ch

(thw/20 Minuten)