Mort du roi de la pop

03 octobre 2011 19:40; Act: 03.10.2011 19:44 Print

Les enfants de Jackson «hystériques»

La mort de Michael Jackson a bouleversé les enfants de la star, raconte un médecin arrivé sur place lors du drame.

Voir le diaporama en grand »
15.01.2014 Une cour d'appel californienne a confirmé mercredi à l'unanimité la condamnation de Conrad Murray pour «homicide involontaire», estimant que son comportement après la mort de Michael Jackson avait «démontré sa culpabilité». 23.04.2013 Conrad Murray a fait appel lundi de sa condamnation pour homicide involontaire 29.11.2011 Le Dr. Murray a été condamné à la peine maximale de quatre ans de prison. 17.11 Paul White, témoin du Dr. Conrad Murray, a été condamné à payer une amende pour «mépris caractérisé» envers la justice. 11.11 Le lit dans lequel le roi de la pop est décédé va être mis aux enchères en décembre avec d'autres mobiliers venant du dernier manoir de la star. 07.11 Le docteur Conrad Murray a été reconnu coupable d'homicide involontaire pour la mort de Michael Jackson. Au terme du procès, il a été incarcéré lundi jusqu'au 29 novembre, date de la sentence. Il risque jusqu'à quatre ans de prison et une interdiction d'exercer. Les fans et la famille de Jackson ici Latoya ont exulté après le verdict 07.11 Le Dr. Murray écoute le verdict qui le reconnaît coupable d'homicide involontaire dans la mort de Michael Jackson. Le juge a ordonné sa détention immédiate. La foule s'était massée lundi pour entendre le verdict du procès. La foule avait choisi son camp avec des pancartes sur lesquelles on pouvait lire "coupable". 01.11 Le Dr.Murray n'a pas souhaité témoigner à son procès. 31.10 Le Dr White, témoin-clé de la défense, a admis que le Dr Murray avait trop tardé à appeler les secours. 28.10 Le Dr Paul White, expert anesthésiste et dernier témoin de la défense du Dr Murray a affirmé vendredi que le chanteur s'est auto-injecté la dose du sédatif propofol qui a entraîné sa mort en juin 2009. 27.10 Le Dr.Robert Waldman témoigne en faveur du Docteur Murray. 26.10 Les patients du Dr. Murray ont témoigné en sa faveur. Alexander Supall, spécialiste de la surveillance à la police de L.A. a témoigné en faveur du Dr. Murray. Il en va de même pour Dona Norris, cheffe de la communication de la police de Beverly Hills La dernière photo de Michael Jackson, mort, a été diffusée le 11 octobre 2011, lors du procès du Dr. Conrad Murray. 05.10 Tim Lopez, pharmacien, a expliqué que le Dr. Murray avait commandé plusieurs litres de Propofol. 30.09 Le docteur Conrad Murray a menti aux secours venus en urgence au domicile de la star. Le médecin n'aurait jamais mentionné lui avoir administré l'anesthésiant propofol. 29.09 Alberto Alvarez, garde du corps de Michael Jackson, a dit à la cour que le Dr Murray lui a demandé de cacher des médicaments. Amir Williams, l'assistant de Michael Jackson, a déclaré que le Dr Murray lui a demandé de faire disparaître des crèmes. Mardi 27 septembre 2011, le procureur a montré une photo troublante de Michael Jackson, au procès du Dr. Murray. Il a voulu insister sur le fait que le roi de la pop était en pleine forme le 24 juin et décédait le lendemain. Le site TMZ a fait des recherches au sujet de ce cliché du chanteur allongé sur son brancard et découvert qu'il a été un peu trafiqué. Voici la photo originale. Il manque la trame verdâtre et le terme «Homicide» rajoutés par le procureur pour augmenter la force de l'image. Le procès du Dr. Conrad Murray s'est ouvert le 27 septembre 2011, à Los Angeles. Il va durer cinq semaines. Le médecin est accusé d'avoir administré une dose mortelle de Propofol à Michael Jackson. Certains fans l'accusent de monstre. Toute la famille Jackson a assisté au premier jour d'audience. Ici Latoya Jackson. Janet Jackson. La mère du chanteur, Katherine Jackson. Le père du défunt, Joseph Jackson. Jermaine Jackson. Tito Jackson. J. Michael Flanagan, l'avocat du DR. Conrad Murray, arrive au tribunal. Le procureur Ed Walgren. Le juge Michael E. Pastor. L'avocat de la défense Edward Chernoff. Premier témoin à prendre la parole lors du procès, le chorégraphe Kenny Ortega.

Sur ce sujet
Une faute?

Les enfants de Michael Jackson étaient «hystériques» à l'annonce de la mort de leur père, a déclaré lundi le médecin urgentiste qui a prononcé le décès de la star, alors que débute à Los Angeles la deuxième semaine de débats au procès du médecin du «roi de la pop».

Les débats ont repris à 8H45 locales (15H45 GMT) à la Cour supérieure de Los Angeles, avec la suite du témoignage du médecin urgentiste Richelle Cooper, qui avait déclaré vendredi que Michael Jackson était «cliniquement mort» à son arrivée à l'hôpital de UCLA, le 25 juin 2009.

Le docteur Conrad Murray est poursuivi pour homicide involontaire pour la mort de Michael Jackson, qui a succombé à une «grave intoxication» au propofol, un anesthésiant qu'il utilisait comme somnifère.

Cliniquement mort

Lundi, le Dr Cooper a ajouté qu'à son sens, les efforts pour ramener le chanteur à la vie à l'hôpital étaient «vains». «Mon évaluation, lorsque (Michael Jackson) est arrivé, est qu'il était cliniquement mort. Et comme cela faisait environ une heure (qu'il semblait avoir cessé de respirer), les efforts de réanimation étaient probablement vains», a-t-elle dit.

La mort du chanteur a été prononcée à 14H26 locales. Le docteur Cooper, qui était en contact téléphonique avec l'équipe de secours dépêchée au domicile de Michael Jackson en fin de matinée, était prête à prononcer le décès à 12H57, à partir des informations fournies par les pompiers. Mais le Dr Conrad Murray avait insisté pour que la star soit conduite à l'hôpital.

Après avoir prononcé le décès, le Dr Cooper est allé voir les enfants de la star. «Ils pleuraient, étaient clairement hystériques et réconfortés par une personne décrite comme leur nounou», a déclaré Richelle Cooper.

Le Dr Murray, qui a reconnu devant la police avoir administré du propofol à la star le matin de sa mort, risque jusqu'à quatre ans de prison en cas de condamnation.

Le Dr Cooper et les pompiers ont affirmé au tribunal que le praticien ne leur avait jamais dit, malgré leurs questions répétées, qu'il avait administré du propofol au «roi de la pop».

(afp)