Vianney

16 juin 2015 16:27; Act: 17.06.2015 16:12 Print

«Ecrire des chansons est un véritable exutoire»

par Ludovic Jaccard - Vianney ne s'imaginait pas devenir chanteur. Aujourd'hui, sa nouvelle vie d'artiste le comble de joie. Il se confie à «20 minutes».

storybild

Le Parisien de 24 ans assume complètement son image de chanteur romantique. (Photo: Jean-marc Lubrano)

Sur ce sujet
Une faute?

Avec son physique de gendre idéal, le chanteur de 24 ans est le nouveau phénomène de la scène française. Les titres de son premier album très réussi, «Idées blanches», évoquent l'amour, qu'il soit heureux ou déçu. L'interprète du tube «Pas là» est aux anges grâce à sa passion devenue son métier.


D'où vous est venue l'envie de devenir chanteur?
Elle est venue petit à petit, au moment où j'ai rencontré ma manager, Isabelle Vaudey. J'ai toujours écrit des chansons depuis l'âge de 12 ans, mais elle a été la première personne à me dire que mes chansons pourraient se retrouver sur un album et que cela pourrait donner quelque chose. Cela a été une vraie rencontre clé. Cela fait donc deux ans que j'ai songé à devenir chanteur. Je ne le regrette pas.

Vous avez suivi des études dans un lycée militaire, puis dans une école de stylisme. Pourquoi avoir choisi ces deux options plutôt opposées?
Ces deux formations m'ont apporté des choses très différentes. Il y avait une vraie égalité dans le lycée militaire: on porte tous le même uniforme, on est tous au même niveau et l'esthétique ne compte pas du tout, c'est le fond qui prime. Dans le stylisme, c'est tout l'inverse: c'est la forme qui compte. Avoir ces deux notions là m'intéressait vraiment.

Avez-vous suivi une formation de styliste au cas où la musique ne fonctionnerait pas?
Pour moi, faire de la musique en tant que professionnel n'était pas une évidence. Je voulais en effet avoir une formation qui me permettrait de travailler. Je pensais créer une boîte de vêtements. Je pensais que styliste serait mon métier. Et finalement, aujourd'hui je vis de ma passion, la musique, que j'aurai toujours du mal à voir comme un métier.

Si la musique ne marche plus, retournerez-vous dans le stylisme?
Pourquoi pas. Je ne me ferme à rien. Je vis sans trop prévoir les choses. Je ferai ce que je sentirai sur le moment. Je ne suis pas fataliste, mais j'accepte très facilement ce qui peut m'arriver.

Vos chansons parlent beaucoup d'amour et de déceptions amoureuses. Est-ce une forme de thérapie pour vous?
Je ne pense pas avoir besoin d'être soigné de quoi que ce soit, mais écrire des chansons est un véritable exutoire. J'ai vraiment besoin d’exprimer certaines choses de cette façon.

Vous avez une image de chanteur romantique. Vous correspond-t-elle?
Je ne cherche pas à véhiculer cette image, mais je pense qu'elle est méritée en effet. Je suis quelqu'un de romantique. Cette étiquette ne me gêne donc pas du tout.

Aujourd'hui tout va très vite avec les réseaux sociaux, Internet. Les relations entre les gens sont parfois biaisées. Pensez-vous que la nouvelle génération manque de romantisme?
Oui peut-être, mais je pense que lorsqu'une personne est vraiment amoureuse, elle sera nécessairement romantique, quelle que soit l'époque. Même celui ou celle qui consomme rapidement les relations finit par se ranger.

Vous qui semblez être sentimental et cherchez l'amour vrai, pensez-vous qu'il sera plus difficile de le trouver maintenant que vous êtes célèbre?
C'est possible, parce que j'ai déjà pu remarquer une vraie différence. Le rapport aux autres n'est plus comme avant. Il est parfois biaisé. Mais j'arrive toujours à sentir si la personne en face de moi est sincère ou pas. Je ne suis donc pas inquiet. Et j’ai gardé mes amis d'avant. Ils ne sont pas impressionnés par la célébrité et c'est tant mieux. Quant à ceux qui ressentent de la jalousie envers moi, je m'en fous. C'est un sentiment que j'ai toujours eu du mal à comprendre.

Le fait d'être souvent sur les routes pour vos concerts ne vous dérange-t-il pas?
Non, j'adore ça. J'aime les voyages, l'aventure. J'ai un côté très aventurier. Depuis tout petit je suis comme ça. Cette vie de tournées et de rencontres me plaît totalement. Je suis très heureux de cet aspect-là.

Vous êtes en tournée. Avez-vous le trac avant de monter sur scène?
Non pas du tout. Je suis excité quand je monte sur scène. J'ai quand même une petite timidité au début, mais elle disparait assez vite.

Allez-vous bientôt venir chanter en Suisse?
Ce n'est pas encore prévu et ça m'embête car j'aimerais vraiment remonter sur scène en Suisse. J'ai adoré y venir pour des premières parties des concerts de Florent Pagny et récemment pour la Fête de l’Espoir, à Genève. Le public était super.

Avec tous vos déplacements, avez-vous le temps d'avoir une vie privée?
Non, c'est impossible. Mais je me dis que chaque chose en son temps. En ce moment, je fais des concerts et c'est vraiment ce qui m'épanouit, me rend heureux. Ma place est là pour le moment. On verra par la suite...