Thierry Ardisson

13 janvier 2011 09:17; Act: 13.01.2011 12:31 Print

«J'ai pris de l'héroïne pendant 3 ans»

par Fabrice Aubert - L'animateur français a parlé de sa consommation de drogue et du cas Delarue lors d'une émission diffusée en direct mercredi soir sur France 2.

Voir le diaporama en grand »

Sur ce sujet
Une faute?

Le journaliste français n'a jamais caché son passé de toxicomane. Invité avec Karl Lagerfeld dans l'émission «Face aux Français» de Guillaume Durand, diffusée en deuxième partie de soirée sur France 2, il a accepté de donner des détails précis sur son ancienne consommation de produits stupéfiants. Cela s’est passé dans les années 1970, alors qu'il travaillait dans la publicité.

«La finalité de la pub était terrifiante, puisque je vendais des produits de merde, donc j'ai commencé à beaucoup me droguer», a-t-il avoué. «Mais pas avec de la cocaïne, avec de l'héroïne, ce qui était beaucoup plus dur. Au départ on en prenait à Bali, ce qui était plutôt agréable. Mais après quand on en prenait à Paris c'était beaucoup plus glauque.»

«Tous mes potes sont morts d’overdose ou du sida»

Pour parvenir à combattre son addiction, Ardisson n’a pas voulu entrer en cure de désintox. «A un moment donné, il fallait que je m'en sorte et la meilleure façon n'était pas de faire une cure, mais de partir dans un endroit reculé, en Californie, pour faire du jogging et m'aérer chez un ami. Et quand je suis revenu je n'y pensais plus. Mais c'est vrai que j'en ai pris pendant trois ans et je ne conseille ça à personne, parce que c'est très difficile de s'en sortir. Tous mes potes sont morts. Soit d'overdose, soit du sida.» Pour s’aider à décrocher, le Français a utilisé du Néocodion, un médicament contre la toux avec de la codéine: «Je me gavais de ce truc-là, parce qu'il n'y avait pas de méthadone.»

Thierry Ardisson a reconnu chez Durand qu’il ne s’est pas cantonné à l'héroïne: «J'ai aussi pris du LSD. A Bali, on prenait des omelettes aux champignons hallucinogènes au réveil. Donc après on était tranquilles pour la journée.»

Delarue devient un invité de son émission

Interrogé au sujet de l'affaire Jean-Luc Delarue, autre animateur de télévision consommateur de drogue, Thierry Ardisson a donné son avis: «Si le fait de médiatiser sa maladie peut l'aider à s'en sortir, tant mieux pour lui. Si le fait de dire aux gens "regardez je n'en prends plus" peut l'aider à ne plus en prendre, tant mieux. Son problème, c'est qu'il est en train de devenir l'un des invités de son émission.»

Par contre, l'animateur de «Salut les Terriens» estime qu'il ne faut pas diaboliser la drogue d'une manière générale. «Il faut dire la vérité. Dire que la drogue c'est de la merde, c'est une connerie. Parce que les mômes quand ils essayent, ils voient bien que ce n’est pas de la merde. Il faut expliquer aux gens que la cocaïne ça bouffe la myéline, la substance grasse qui entoure les neurones, et après les neurones se touchent et c’est comme des fils électriques qui se toucheraient. L'héroïne, au début, on en prend pour être bien, puis très vite pour ne plus être mal. Je l'ai expliqué à mes enfants.»

La drogue comme source d'inspiration

Ardisson a rappelé enfin que de nombreux artistes ont eu recours à des substances hallucinogènes pour trouver de l'inspiration. «La drogue, ce n'est pas complètement négatif. Plein d'écrivains ont utilisé de la drogue pour créer leur œuvre. C'est une question de dosage. C'est comme les pétards, si vous en fumez 19 en vous levant, c'est sûr que c'est pas bien, maintenant un pétard de temps en temps, c’est pas pire qu'un verre de whisky, faut être clair.»