Los Angeles

07 mars 2011 07:00; Act: 04.03.2011 16:34 Print

«Je ne quitte pas mon fils plus de deux semaines»

par Fabrice Aubert - Etabli aux Etats-Unis depuis quelques mois, Carlos Leal a embarqué sa femme et son fils.

Sur ce sujet
Une faute?

Le métier d’acteur ne facilite pas la vie de famille avec les incessants déplacements pour les tournages. Mais pour Carlos Leal, rappeur lausannois devenu comédien, il est essentiel de se retrouver auprès de sa femme Jo Kelly et de son fils Elvis. Après Paris puis l’Espagne, ils vivent maintenant en Californie. «J’essaye toujours de prendre mon fils avec moi quand je déménage, nous explique l’acteur de 41 ans. Et si je voyage, je m’arrange pour que la durée de séparation ne dépasse pas deux semaines.»

Devenu récemment ambassadeur de Pro Juventute, au même titre que Didier Burkhalter ou Diego Benaglio, Carlos accorde beaucoup d’importance à son rôle de père. «Les enfants d’aujourd’hui sont les hommes de demain. Si l’on rêve d’un «meilleur» futur, il faut commencer par s’engager pour le bonheur de ces enfants-là.»

Mais n’a-t-il pas peur de voir son rejeton grandir dans le monde actuel? «Non, j'aime le monde actuel, lance-t-il. Et même si cela peut paraître utopique, je pense que nous sommes capables de l'améliorer. De toutes façons, la peur n'arrange rien, elle ne fait qu'ériger des murs.»