Amandine Bourgeois

09 avril 2012 14:54; Act: 09.04.2012 16:24 Print

«Je ne suis pas un produit de télé-réalité»

par Ludovic Jaccard - Amandine Bourgeois, gagnante de «Nouvelle Star» en 2008, revient avec un nouvel album réussi, qui lui ressemble vraiment. Confidences...

storybild

L'artiste française de 32 ans a enregistré son nouvel album dans le studio mythique des Beatles, en Angleterre. (Photo: Yann Orhan)

Une faute?

Votre deuxième album, «Sans amour, mon amour», a un style très différent du précédent, sorti en 2009.

Oui, j’ai voulu aborder des thèmes des années 1970 dans un style soul-rock. Je pense à Aretha Franklin quand elle engueule les mecs dans ses chansons, avec son côté un peu féministe. Sur cet album, j’ai voulu aborder ce genre de dispute avec «En claquant des doigts», par exemple. Il y a aussi des thèmes différents comme Dieu dans «Incognito», qui parle de la foi avec un côté gospel. On s’est inspiré de toutes ces influences…

Vos chansons sont-elles autobiographiques ?

Ça dépend. Si on mélange tous les titres de cet album dans un shaker, il en ressort effectivement Amandine, parce qu’il y a plein de choses de ma personnalité qu’on retrouve dans mes chansons. Mais ce n’est pas à prendre au premier degré (rires).

Ressentez-vous une pression particulière avec la sortie de ce deuxième opus ?

Mon premier disque, j’ai dû le sortir très vite. C’était un disque d’apprentissage. Il me ressemblait mais il n’était peut-être pas vraiment abouti, il y a avait quelques maladresses. Avec ce deuxième album, je sens que je maitrise beaucoup plus les choses. Je ressens la même pression que pour la sortie de mon premier album. On l’a toujours. Sur mon premier disque, je bénéficiais de la sur-médiatisation de la «Nouvelle Star», alors qu’aujourd’hui ça s’est un peu estompé. Mais ce n’est pas plus mal car la «Nouvelle Star» a été un tremplin pour moi et aujourd’hui, j’ai envie que tout ça soit derrière même si je suis très reconnaissante envers cette émission. Mais maintenant, j’ai envie d’exister en tant qu’Amandine Bourgeois. Je ne suis pas un produit de télé-réalité, je suis une vraie artiste.

Que pensez vous de «The Voice», sur TF1?

Je l’ai regardée car j’ai un pote batteur qui joue dans l’émission. Je ne suis peut-être pas très objective, mais je préférais «Nouvelle Star», la saison dans laquelle j’avais participé. On avait réussi à apporter quelque chose de différent dans le répertoire de titres qu’on chantait. J’ai chanté du Pink Floyd par exemple. Il n'y avait pas ce côté variétoche qu’on entend dans «The Voice»: des gros tubes qu’on a déjà entendu mille fois. Mais en même temps, c’est TF1 et c’est ce qui marche. Je dois admettre qu’il y a de belles voix, mais c’est des chanteurs confirmés. Mais bon... la dernière fois j’ai regardé les battles et j’ai failli zapper tellement je me suis fait chier! Je dois admettre que j’apprécie beaucoup Maureen qui a une voix superbe. Elle me touche vraiment cette fille. Toutle reste, je me suis emmerdée. Donc non, je ne regarderai plus «The Voice»! (rires)

Votre entourage a-t-il changé depuis que vous êtes célèbre ?

Je ne sais pas trop. Je n’arrive pas à savoir quel regard mes proches portent sur moi. Je ne pense pas qu’ils soient impressionnés par ce que je fais. Mon père et mon beau-père sont musiciens. Ils sont plus en mode observation. Il regardent comment je m’en sors et se demandent si je vais arriver à aller jusqu’au bout. Car, pour l’instant, c’est fragile. Je suis encore sur un fil. Je débute ma carrière et on ne sait pas ce que ça va donner, cela peut être très éphémère.

Craignez-vous que votre carrière ne dure pas ?

Oui, parce que ce que je fais est une passion et j’aimerais pouvoir en vivre. Si je ne peux pas gagner de l’argent avec ça, il va falloir que je fasse un autre boulot. Cela va me prendre du temps et ça va être plus compliqué pour moi de continuer à chanter, de créer parce qu’il faut avoir du temps pour ça. C’est donc ça qui m’inquiète. Du coup, je me dis qu’il faut profiter du moment présent à fond. Car ce que je vis en ce moment, c’est ça que j’aime. C’est ça le bonheur pour moi. Le fait d’avoir enregistrer ce disque pendant 3 mois en Angleterre dans le studio mythique des Beatles, la rencontre avec des musiciens de renom. Pour moi qui suis passionnée de musique, c’était une grande émotion. Je me suis éclatée à faire ce disque. Peu importe qu’il se vende ou pas, j’ai pris énormément de plaisir à le faire. Je suis heureuse de vivre cette période actuelle.

Comment gérez-vous le trac avant de monter sur scène. Vous avez des rituels ?

Je dois m’isoler. S'il y a trop de monde dans ma loge, je vais aux toilettes, je me pose et j’essaie de faire le vide. Ensuite, avant de monter sur scène, je prends la main de mes collègues pour qu’ils me donnent de l’énergie. J’ai besoin de toucher les gens et après, j’y vais.

Avez-vous des astuces pour préserver votre voix ?

En fait, avant je chantais beaucoup dans les bars pendant des heures et j’ai fini par me blesser les cordes vocales. J’ai été aphone pendant 8 mois. Je suis allée voir un prof de chant lyrique qui m’a remise sur pied, il m’a réparée. En fait il faut savoir travailler la colonne d’air, savoir comment utiliser son souffle pour ne pas trop forcer. Mon truc, ne pas trop parler, s’économiser au maximum. C’est comme les sportifs avant une compétition, se reposer et boire beaucoup d’eau. Une hygiène de vie assez stricte.

Si nous n’aviez pas été chanteuse, qu’auriez-vous fait ?

J’ai été serveuse pendant 5 ans, mais j’étais très malheureuse car je cassais souvent les verres, les assiettes. J’étais très maladroite. Je n’arrêtais pas de chanter chaque fois que je dressais la table. Comme je suis une artiste, je pense que je travaillerai dans ce milieu là. J’aurais pu travailler dans le domaine de la musicothérapie, parce que j’aime bien le relationnel, écouter les gens, les aider.

Que pensez-vous de la Suisse ?

J’adore la Suisse parce que je trouve que les gens sont cools et très accueillant! (rires) C’est aussi un beau pays. J’ai bien aimé visiter Genève et Lausanne. On m’a fait voir les vignes dans le Lavaux, le lac, c’était vraiment chouette. J’ai un très bon feeling avec ce pays. J’aimerais bien y revenir et rester une semaine pour faire du tourisme.


Regardez la vidéo de l'interview d'Amandine Bourgeois:

Amandine évoque l'émission «The Voice»:

Amandine parle de la Suisse: