Alban Ivanov

18 septembre 2019 13:52; Act: 18.09.2019 16:34 Print

«Je préfère me marrer de n'importe quelle situation»

par Ludovic Jaccard - L'humoriste français et son acolyte, Djimo, animeront le gala de clôture du 30e Montreux Comedy Festival. Fous rires en perspective.

storybild

Alban Ivanov voit toujours la vie du bon côté. (Photo: Yann Renoard)

Sur ce sujet
Une faute?

À l'affiche de la comédie «Inséparables», Alban Ivanov enchaîne désormais les rôles au cinéma. L'humoriste français de 35 ans n'en oublie pas pour autant la scène où il adore toujours autant faire rire les gens. De passage en Suisse romande, Alban et son complice, le comique Djimo, sont déjà impatients de clôturer en beauté le 30e Montreux Comedy Festival, le 7 décembre 2019.

Avez-vous dit oui tout de suite quand le festival vous a proposé d'animer ce gala de clôture?
Oui, j'avais déjà participé à cet événement il y a quelques années. On m'avait déjà proposé de le présenter, mais les dates ne jouaient pas pour moi. Donc quand on me l'a proposé à nouveau, j'ai accepté avec grand plaisir.

Est-ce la première fois que vous serez sur scène avec Djimo?
Oui, c'est vraiment un one shot. On se connaît déjà et on s'entend très bien dans la vie. C'est donc l'occasion de faire quelque chose ensemble. Dans nos énergies, on est très complémentaires. Je suis assez speed et lui assez calme.

Ressentez-vous une pression particulière de présenter un gala pour la 30e édition du festival?
Non. La seule pression que j'ai, c'est de faire un beau gala et de m'amuser avec Djimo et toute l'équipe autour de nous. C'est plus du plaisir que du stress. On veut juste régaler les gens.

Que pensez-vous de votre camarade, Djimo?
Je l'adore. Je l'ai rencontré au Jamel Comedy Club quand je présentais l'émission. Je l'avais reçu pour son passage. Il n'avait pas dit encore un seul mot que les gens étaient déjà morts de rire en le voyant, parce que c'est un personnage très fort, avec du charisme. C'est un clown né, que ça soit sur scène ou dans la vie.

Que représente le Montreux Comedy Festival pour vous?
Pour moi, il y a trois grands festivals: le Marrakech du rire, le festival Juste pour rire au Québec et celui de Montreux. Ce sont des passages obligés si on se prétend humoriste. C'est là qu'il faut faire ses preuves.

Allez-vous profiter de votre venue en Suisse pour faire du tourisme?
Là, je n'en aurai pas trop le temps. On sera surtout dans la salle à répéter! Mais je connais déjà assez bien Lausanne et Genève. Je ferai donc du tourisme une autre fois (rire).

À quoi doit-on s'attendre pour ce gala de clôture?
Il y aura beaucoup de nouvelles têtes. Il y aura aussi Manu Payet en tant que parrain. Et visuellement ça va envoyer. On a appelé ça «Le Gala de Papel». Toute l'équipe sera en combinaison et portera des masques de Salvador Dali.

Les duos, c'est votre truc?
À Montreux, j'avais déjà fait un sketch avec Jarry. J'ai longtemps été sur scène avec Issa Doumbia. Je connais donc la force du duo. J'adore autant être seul sur scène qu'être à deux ou en équipe. Mais être en duo au quotidien, c'est ce qu'il y a de plus dur. Il ne faut pas se marcher l'un sur l'autre.

Qu'est-ce qui vous fait rire?
Ne pas prendre les choses au sérieux. Passer mon temps à rigoler. Je préfère rire de n'importe quelle situation chiante plutôt que de m'apitoyer sur mon sort ou d'en pleurer. Je suis quelqu'un d'optimiste et protecteur de mon prochain. Je n'aime pas me moquer des gens qui n'ont rien fait.

Dans 30 ans, où vous voyez-vous?
Je ne me pose pas de questions. J'avance au jour le jour, projets après projets. Dans 30 ans, si j'ai encore la patate et des choses à dire, je continuerai à faire de la scène et du cinéma. Je souhaite juste que ça continue.

Regardez un sketch d'Alban Ivanov:


Regardez un sketck de Djimo:

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 72 heures est automatiquement désactivé en raison du très grand nombre de messages que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.