Jennifer Aniston

08 décembre 2016 11:29; Act: 08.12.2016 14:59 Print

«Je suis une excellente patronne!»

par Benjamin Blanc - Jennifer Aniston s'est confiée à «20 minutes» pour la sortie de son dernier film où elle incarne une cheffe d'entreprise sans pitié.

storybild

La comédienne a fait sensation à la première du film «Joyeux Bordel!», à Los Angeles, le 7 décembre 2016. (Photo: AFP/Matt Winkelmeyer)

Sur ce sujet
Une faute?

Dans «Joyeux Bordel!», en salle dès le 21 décembre 2016, l'actrice américaine de 47 ans campe une patronne déterminée à gâcher la fête de Noël de son entreprise et à virer ses employés. Interview.

Quelle est la fête de Noël la plus déjantée dont vous vous souveniez?
Ce que je peux vous dire, c'est que je n'aimerais pas me rendre à une fête de Noël comme celle du film! C'est peut-être pour ça d'ailleurs que j'incarne quelqu'un qui veut gâcher Noël.

Détestez-vous Noël dans la vie?
Non, en fait j'adore. Quand j'étais petite, c'est surtout les cadeaux qui m'intéressaient, même si en général je ne recevais rien. Aujourd'hui, c'est une occasion de retrouver ma famille et mes amis pour faire le point sur l'année écoulée. Et remercier l'univers d'avoir survécu aux douze derniers mois!

Est-il vrai que vous comptez Jason Bateman, à qui vous donnez la réplique dans le film, parmi vos amis?
Tout à fait. C'est bien d'ailleurs la seule chose qui soit vraie parmi tous les ragots qui circulent à mon sujet! Comme nous sommes amis et avons souvent joué ensemble, on gagne du temps devant
la caméra. Pas besoin de bavardages inutiles avant une prise. On sait tous les deux ce qu'on veut et on aime bosser vite.

Comment traitez-vous vos employés dans la vie?
Je suis une excellente patronne, je crois. D'ailleurs mon équipe travaille pour moi depuis 14 ans, ce qui prouve que je ne suis pas une harpie. Je suis gentille et juste envers les gens qui bossent pour moi et ils me le rendent bien.

Avez-vous déjà été virée d'un job?
Jamais, à moins que vous ne me viriez de cette interview! Et pourtant, j'étais une piètre serveuse avant d'être actrice à plein temps. Mais j'avais des patrons grecs et avec eux on peut tout se
permettre.

Si vous étiez la patronne d'un studio hollywoodien, dans quel type de film joueriez-vous?
Dans des drames adultes qui mettent en scène des femmes fortes. Ces films ont disparu parce que tout le monde veut voir des superhéros et des méchants qui menacent de faire péter la planète. Le pire, c'est que maintenant la planète va probablement péter pour de vrai! Désolée, ce que je viens de dire n’est vraiment pas drôle.

On vous a vue dans un registre plus sérieux dans «Cake». Recherchez-vous d'autres rôles dans cette veine?
Oui, désespérément mais l'industrie du cinéma est devenue très frileuse aujourd'hui. Ces rôles existent mais les studios ne veulent pas prendre de risques. Ils sont attribués à d'autres actrices qui
ont plus d’expérience que moi dans ce genre de film. Je n'en ai pas tourné encore assez pour être prise en considération.

Etes-vous prête à revenir à la télévision?
Si on me propose un bon rôle ou un projet génial, je n'ai aucun problème à revenir à la petite lucarne. C'est du pareil au même. Il n'y a que la taille de l'écran qui change.


Regardez la bande-annonce du film «Joyeux Bordel!», dès le 21 décembre au cinéma: