Naomi Scott

19 mai 2019 22:24; Act: 19.05.2019 22:24 Print

«Mon métier génial ne définit pas qui je suis»

par Miguel Cid, Londres - L’actrice Naomi Scott a apprécié jouer dans «Aladdin», un film qui parle de l’acceptation de soi.

Sur ce sujet
Une faute?

La Britannique de 26 ans, fille de pasteurs, campe une fougueuse princesse dans «Aladdin», en salle le mercredi 22 mai 2019.

Enfant, ne rêviez-vous pas d'être footballeuse plutôt que princesse?
Oui, j'adorais le football et j'étais plutôt bonne. Je jouais comme défenseur à l'école et je suis entrée dans l'équipe des garçons, ce qui m'excitait beaucoup. Je voulais aussi devenir danseuse de Riverdance, la danse irlandaise, et archéologue. J'avais donc des aspirations bizarres.

Quand avez-vous découvert votre vocation d'artiste?
À 11 ans, j'ai participé à un camp durant lequel on apprenait une chanson qu'on interprétait à la fin du séjour. J'ai chanté «I Say A Little Prayer», d'Aretha Franklin. C'est à ce moment-là que j'ai réalisé que je ne voulais pas faire un autre métier qu'artiste.

En tant que princesse Disney et bientôt Drôle de dame dans «Charlie's Angels», vous considérez-vous comme un modèle pour les femmes?
Je ne cherche pas tant à représenter quelque chose qu'à être juste qui je suis. Quand je vois une personne qui est honnête, je m'identifie plus à elle qu'à quelqu'un qui tente de représenter quelque chose. Au bout du compte, «Aladdin» parle de l'acceptation de soi, de s'accepter tel qu'on est. J'adhère à cette philosophie.

Qu'est-ce qui vous aide à garder les pieds sur terre?
Ma famille et mon entourage. C'est très important pour moi d'être environnée de gens qui m'aident à prendre du recul de temps en temps et à réaliser que mon métier génial ne définit pas qui je suis. Il y a des choses précieuses dans ma vie que je veux garder pour moi et protéger. Le reste, c'est que du fun.