Camille et Julie

20 février 2020 15:22; Act: 20.02.2020 19:27 Print

«On a subi des gestes totalement déplacés»

par Ludovic Jaccard - Camille et Julie Berthollet ont été victimes de harcèlement sexuel. Elles dénoncent ce tabou dans le monde de la musique classique.

Sur ce sujet
Une faute?

Découvertes dans l'émission «Prodiges», sur France 2, en 2014, les soeurs Camille et Julie Berthollet connaissent aujourd'hui un véritable succès. Mais avant cela, la violoncelliste et la violoniste ont vécu des moments difficiles. Toutes deux ont été victimes de harcèlement sexuel durant leurs études de musique classique. Et malheureusement pour elles, cela continue. «Une des raisons pour lesquelles on parle maintenant, c'est parce qu'on a eu une expérience de plus et probablement de trop avec un chef d'orchestre qui s'est permis d'avoir des gestes totalement déplacés. Passer la main sur nous ou renifler dans notre cou en nous disant: «Ah je savais pas que les rousses avaient cette odeur», a raconté Julie au site Loopsider.

Durant leur parcours, les Franco-Suisses de 21 ans ont dû être constamment sur leurs gardes. «Certains professeurs, par exemple, on savait qu'on devait faire attention et pas aller en cours toute seule, a continué Julie. On connaît aussi des filles qui ont travaillé avec les mêmes profs que nous, qui étaient mineures, et qui ont dû coucher avec le prof.» Certains parents de ces élèves étaient même au courant et ne disaient rien.

La jeune musicienne s'est aussi souvenue que lorsqu'elle avait 14 ou 15 ans, elle avait reçu des messages sur la taille de sa poitrine sur l'une de ses vidéos où elle jouait du violoncelle. «Le mec devait avoir peut-être 60 ans! J'avais trouvé ça dégueulasse!»

Un sujet tabou

De son côté, Camille souligne le fait que dans le milieu de la musique classique, parler de ces agissements est «encore assez tabou». «Il y a plein de jeunes filles, ou de jeunes hommes aussi, qui ont peur de dire les choses par souci de freiner leur carrière. Quand on est adolescent et qu'on veut réaliser son rêve, c'est difficile. On a eu de la chance d'avoir des parents présents.»

Les deux artistes se sentent «tristes et sales» quand elles sont harcelées ou jugées sur leur apparence. Du coup, elles ne savent plus comment s'habiller quand elles se produisent sur scène. «Si on s'habille avec des vêtements courts ou longs, il y aura de toute façon une remarque, si on met des talons aussi, ont-elles expliqué. Et se mettre du vernis à ongles, dans le monde du classique, c'est très mal vu.»

Selon une étude relayée par Loopsider, plus d'une musicienne sur quatre a déjà été victime de harcèlement sexuel.