«JLC Family»

27 décembre 2019 14:57; Act: 27.12.2019 16:09 Print

«Vous venez de tuer notre troisième enfant»

Jazz a fait une fausse couche. Laurent, le mari de la starlette de téléréalité, accuse les haters de lui avoir fait perdre son bébé.

Sur ce sujet
Une faute?

Coup dur pour Jazz. Enceinte de son troisième enfant, l'héroïne de l'émission de téléréalité «JLC Family», sur TFX, a été victime d'une fausse couche, le 26 décembre 2019. Accusée avec son mari d'arnaquer leurs fans à travers leurs placements de produits sur les réseaux sociaux, Jazz n'aurait plus supporté cette pression.

Furieux de voir sa femme hospitalisée, Laurent a poussé un gros coup de gueule sur Instagram contre leurs détracteurs. «Vous venez de me priver d'être père pour une troisième fois. Maintenant, ça ne peut plus durer. Ceux qui ont causé du tort à moi, à ma femme ou ma famille, vous allez le regretter. La justice va vous faire payer tous vos crimes», a-t-il balancé en précisant que lui et son épouse étaient victimes, depuis deux mois, d'acharnement, de haine et de menaces. «Ma femme se retrouve dans un bloc opératoire pour qu'on lui retire un ange. Vous venez de tuer notre troisième enfant et les médecins m'ont dit que cela est dû au stress de ces dernières semaines», s'est-il énervé.

«Je suis en train de craquer pour de vrai»

De son côté, la maman de Chelsea et Cayden est sortie de son silence pour condamner les internautes qui la méprisent. «Ça fait des semaines que je ferme ma gueule. Aujourd'hui, ce qui m'est arrivé, c'est quelque chose de dur pour moi, mais ça ne m'affecte pas que moi, ça affecte toute ma famille. Ça fait des semaines qu'on me met la pression, qu'on me met dans des histoires où je n'ai rien fait. Ça fait des semaines qu'on fait du mal à ma famille et à mes amis aussi.»

Bouleversée, la candidate de téléréalité a ajouté: «Aujourd'hui, j'ai perdu un nouveau bébé qui était dans mon ventre. Je vis un cauchemar, je n'en peux plus.» La Française de 27 ans installée à Dubaï fait confiance à la justice pour sanctionner ceux qui l'accusent d'être une arnaqueuse avec ses placements de produits. «C'est mon putain de travail! Et je l'ai choisi, je gagne bien ma vie grâce à ça. Je n'en peux plus. Je suis en train de craquer pour de vrai, alors je vous en supplie laissez-moi tranquille. Ce qu'on me fait, ça s'appelle du harcèlement. Le cœur de mon bébé a arrêté de battre à cause de vous, de votre haine et de votre méchanceté.» Ses haters sont maintenant prévenus...

(lja)