New York

17 juillet 2019 23:01; Act: 18.07.2019 21:41 Print

Abandon des poursuites contre Kevin Spacey

Les poursuites contre l'acteur Kevin Spacey, inculpé pour agression sexuelles dans l'Etat américain du Massachusetts, ont été abandonnées.

storybild

La vedette de la série «House of Cards» était accusé d'avoir mis la main sur le sexe d'un jeune homme de 18 ans. (Photo: Keystone)

Sur ce sujet
Une faute?

Les poursuites visant l'acteur américain Kevin Spacey, inculpé d'attentat à la pudeur et d'agression sexuelle dans l'Etat américain du Massachusetts, ont été abandonnées mercredi, le dossier ayant été très fragilisé par la victime présumée elle-même.

Cette issue était attendue après l'audience du 8 juillet, lors de laquelle le jeune homme, qui disait avoir été agressé par le comédien en juillet 2016, avait choisi de garder le silence pour ne pas s'incriminer.

Dans une lettre au juge versée au dossier mercredi, le procureur compétent pour l'île de Nantucket, théâtre des faits présumés, a justifié sa décision d'abandonner les poursuites «du fait de l'indisponibilité du témoin à l'origine de la plainte». C'est un terrible camouflet pour le procureur Michael O'Keefe, qui reste à ce jour le seul à avoir inculpé Kevin Spacey, objet d'autres enquêtes aux Etats-Unis et en Angleterre.

Pour autant, la décision n'aura sans doute que des conséquences limitées sur la carrière de l'acteur de 59 ans, au point mort depuis les premières accusations d'agressions sexuelles portées contre lui en novembre 2017.

Dans ce dossier, la vedette de la série «House of Cards» était accusée d'avoir, en juillet 2016, mis la main sur le sexe d'un jeune homme de 18 ans employé dans un bar, après l'avoir fait boire. Son inculpation pour attentat à la pudeur et agression dans cette affaire est intervenue fin 2018, après que plusieurs autres allégations d'agressions sur de jeunes hommes ont émergé dans le sillage du mouvement #MeToo.

Tout s'est joué autour du téléphone portable de l'accusateur, qui l'avait utilisé pour filmer l'agression présumée et la commenter par texto avec sa petite amie de l'époque et un groupe d'amis. Examiné par la police, l'appareil avait ensuite été rendu au jeune homme après extraction des données.

Averti que toute manipulation de l'appareil pouvait lui valoir des poursuites, la victime présumée avait invoqué le 5e amendement à la Constitution américaine, qui permet à un témoin de garder le silence pour ne pas risquer de s'incriminer.

D'autres dossiers en attente

Sollicité par l'AFP, l'avocat de Kevin Spacey n'a pas donné suite immédiatement. «Mon client et sa famille ont fait preuve d'énormément de courage dans des circonstances difficiles», a déclaré l'avocat de la victime présumée, dans une déclaration relayée par plusieurs médias. Outre la procédure pénale, le jeune homme avait assigné Kevin Spacey au civil le 26 juin pour obtenir des dommages et intérêts, mais a finalement renoncé, le 5 juillet.

Débarrassé de ce dossier, Kevin Spacey n'en a peut-être pas fini pour autant avec la justice. Selon le site spécialisé Variety, il aurait été interrogé en mai par la police britannique au sujet des accusations dont il est l'objet à Londres.

L'acteur oscarisé pour son rôle de père désabusé dans «American Beauty» a été, entre 2004 et 2015, directeur artistique de l'Old Vic, un théâtre situé dans le borough (arrondissement) de Lambeth, dans le sud de la capitale britannique. Selon Scotland Yard, deux hommes ont accusé le même homme de les avoir agressés sexuellement dans ce quartier, l'un en 2005, l'autre en 2008.

Une enquête interne menée par la direction du Old Vic avait recueilli les témoignages de 20 personnes disant avoir été harcelées ou agressées par l'acteur également oscarisé en 1996 pour son rôle dans «Usual Suspects».

L'essentiel des accusations portées contre lui aux Etats-Unis et en Angleterre concernent des hommes, souvent jeunes, voire adolescents. Fin octobre 2017, l'acteur Anthony Rapp avait affirmé que Kevin Spacey l'avait agressé sexuellement alors qu'il avait 14 ans, en 1986.

La vague d'accusations qui a touché Kevin Spacey a correspondu avec l'émergence du mouvement #MeToo, né de l'affaire Harvey Weinstein.

(nxp/afp)

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 72 heures est automatiquement désactivé en raison du très grand nombre de messages que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • John wantilage le 17.07.2019 23:47 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Bonne leçon

    Et maintenant ils vont le réintégrer dans house of cards ? Parce que là on voit toute l'idiotie de metoo qui rend coupable d'office par le simple fait que qqn se plaigne et la société juge et puni avant même la justice.

  • John_doe le 17.07.2019 23:48 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    #youtoo

    Maintenant que Netflix s'excuse publiquement.... Et que tous ceux qui ont abuser du metoo fassent de même... Tellement facile d'accuser sans savoir et de balancer sur le net... Triste époque....

  • Jim key le 17.07.2019 23:33 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    me no !

    bref c'est sa carrière qui en a pris pour son grade, un seul geste n'est pas du arcelement, quand on provoque la situation faut assumer, abe

Les derniers commentaires

  • Justine le 18.07.2019 13:51 Report dénoncer ce commentaire

    Pas seul...

    Juste pour rappel, ce n'était pas le seul accusateur de Kevin Spacey

    • Rocket Raccoon le 18.07.2019 16:23 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

      @Justine

      juste pour rappel, Kevin Spacy n'était et n'est pas là seul victime à avoir été diffamé et jeté en pâture par le #MeToo.

    • Perite Goutte le 18.07.2019 18:57 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

      @Justine

      Et alors? Il existe plein de petites profiteuses qui voulaient en profiter, ne penses-tu pas juste une petite goutte?

    • Euh... le 19.07.2019 23:36 Report dénoncer ce commentaire

      @Perite Goutte

      Les accusateurs de Kevin Spacey sont tous des hommes si jamais. Certains mineurs au moment des faits

  • Jean Dubois le 18.07.2019 09:44 Report dénoncer ce commentaire

    Lire entre les lignes

    Vous pensez réellement qu'une star pareille est tombée en disgrâce à cause d'un simple tweet #metoo ? Pourquoi n'attaquera-t'il pas ses accusateurs pour calomnies ? Pourquoi la police n'a pas été capable de préserver la pièce à conviction ? Pourquoi vous n'appliquez pas la présomption d'innocence (qui vous est soit-disant si chère) aux plaignants également ?

    • Xeno Morphe le 18.07.2019 13:11 Report dénoncer ce commentaire

      C'est pourtant simple

      Parce qu'on voit facilement qui a quelque chose à perdre et qui souhaite gagner de l'argent.

    • Pfff... le 18.07.2019 13:41 Report dénoncer ce commentaire

      @Xeno Morphe

      Les victimes ne perdent rien vous pensez ? Sinon, le système juridique US oblige à poser un montant sur la table au moment d'une mise en accusation, donc ils sont obligés de réclamer de l'argent en compensation pour qu'un procès puisse être mis en place

  • psy le 18.07.2019 09:32 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    on s'en fout

    mas au fond que on en a a cirer si spacey est homo dragueur coupable ou pa ? sont ses affaires et la lois americaine ou anglaise a trancher

    • Caliméro le 18.07.2019 09:50 Report dénoncer ce commentaire

      que fait l'école ?

      @psy : vous avez tenté d'écrire quelque chose ?

    • MM le 18.07.2019 09:53 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

      @psy

      Belle utilisation de la langue française...

    • Ben... le 18.07.2019 13:41 Report dénoncer ce commentaire

      @psy

      La loi n'a rien tranché en l'occurrence. Abandon de charges ne signifie ni coupable ni innocent

  • Mike le 18.07.2019 08:49 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Tords moraux

    Ce sont les US c est le premier à porter plainte qui est victime jusqu'à preuve du contraire et selon l état c est à l accuse de fournir sa preuve d innocence ... système judiciaire très stricte mais franchement manipuler toute une institution sur de simples déclarations et avoir la peur de s incriminer c est du foutage de gueule...

    • Nope le 18.07.2019 10:04 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

      @Mike

      Innocent jusqu a ce que prouvé coupable par une court de loi... c est constitutionnel

  • Il n'est pas innocent le 18.07.2019 08:34 Report dénoncer ce commentaire

    Toujours la faute des victimes !

    Alors pour ceux qui n'auraient pas suivi, abandon de poursuites ne signifie pas qu'il est innocent. Et Kevin Spacy a reconnu lui-même les faits. Donc voilà quoi, avant de le désigner non-coupable, il faudrait regarder les faits !

    • Psy le 18.07.2019 09:13 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

      @Il n'est pas innocent l'autre non plus

      le mec qui se fait toucher et fait film/ photo et l'envoie a ses potes et copine pour dire regarde Stacey ce qui me fait .. ! est un peu énorme ..le mec était consentent et pensait se faire du fric ..

    • Rocket Raccoon le 18.07.2019 14:59 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

      @Il n'est pas innocent

      reconnaître les faits ne signifie pas coupable !! pression médiatique, juridique et l'opinion du public ça fragilise tout un chacun.. Et la supposée "victime" est loin d'être irréprochable. énormément de dire contradictoire à son encontre ! aucune preuve formel video introuvable, supposée conversion messagère "effacée" tout ça pour surfer sur la vague #MeToo.