Biographie non-autorisée

14 septembre 2010 16:27; Act: 14.09.2010 16:28 Print

Ado, Carla a fait de la chirurgie esthétique

A la veille de sa sortie en libraire, des nouveaux extraits du livre de la journaliste Besma Lahouri consacré à Carla Bruni sont disponibles.

Sur ce sujet
Une faute?

«A 15 ans, elle voulait sortir avec Mick Jagger. Et elle a réussi quelques années plus tard à décrocher ce trophée, téléphonant aussitôt, triomphante, à ses amies pour leur demander: 'devine avec qui je sors?' Vingt ans après, elle a fait exactement la même chose avec Nicolas Sarkozy», explique à l'AFP Besma Lahouri, l'auteur de «Carla, une vie secrète» (Flammarion).

Les ex omniprésents, la rencontre avec Nicolas Sarkozy, le match sans merci avec Cécilia, le visage trop parfait: la journaliste Besma Lahouri a enquêté pendant des mois sur la vie de la première dame de France.

«80% des personnes qui parlent de Carla dans le livre sont citées et ce n'est pas un brûlot mais une enquête», ajoute-t-elle. Et des sujets jusqu'ici tabous sont abordés en «on».

Toute jeune, à 16 ans, l'ex-mannequin aurait eu recours à la chirurgie esthétique, selon plusieurs photographes proches de Carla Bruni-Sarkozy que la journaliste cite nommément. «Elle avait un corps absolument parfait. C'était une bombe mais elle n'aimait pas son visage et plus particulièrement son nez», confie également dans le livre Irène Silvagni, ancienne patronne de Vogue, qui a connu Carla adolescente.

Carla est narcissique et stratège

Le plus étonnant chez cette riche héritière italienne débarquée en France à sept ans, «c'est son narcissisme, sa stratégie de conquête et d'ascension. C'est une femme volcanique et coléreuse qui a réussi à dompter son caractère, et qui a besoin d'une cour autour d'elle», résume Besma Lahouri. Cette cour comprend beaucoup d'ex, une longue liste de conquêtes ultra médiatisées.

Et Nicolas Sarkozy «doit composer tous les jours avec cette encombrante tribu, dont Raphaël Enthoven, le père du fils de Carla, mais aussi des acteurs, chanteurs, avocats, patrons, hommes de presse ou de la scène politique», écrit l'auteur.

«C'est aussi un personnage éminemment romanesque. Elle a mis en scène toutes ses vies, du podium à l'Elysée", relève la journaliste. "Mais, à force, elle en devient prisonnière et vulnérable».

Besma Lahouri revient aussi longuement sur la guerre d'image et de communication qui a opposé Carla à Cécilia, dont elle voulait effacer l'empreinte: «Quand l'une monopolise une couverture de magazine, l'autre trouve immédiatement la parade», raconte l'auteur.

(afp)