Nabilla

20 juin 2014 15:41; Act: 20.06.2014 16:21 Print

Avec Ayem, c'est la haine

par Ludovic Jaccard - Nabilla revient sur sa relation tumultueuse avec son ex-meilleure amie. Cette-fois, tout est bel et bien fini entre elles.

storybild

La starlette fera son retour sur NRJ12, en juillet, dans la deuxième saison de son émission «Allo Nabilla». (Photo: Canal +)

Sur ce sujet
Une faute?

Leur si belle amitié fait bien partie du passé. Cela fait déjà quelques mois que Nabilla et Ayem s'envoient des piques plus acerbes les unes que les autres par médias interposés. Récemment encore, la Française avait taclé la Genevoise sur Twitter, en évoquant l’argent gagné par celle-ci en des termes très équivoques: «celui que tu as mis de côté avec tes anciens clients… et un peu grâce à moi.»

Interviewée par Metronews, le 19 juin, Nabilla s'est expliquée sur le naufrage de leur relation. «C'est de l'amour qui s'est transformé en haine. Comme avec un ex. Si on se déteste autant, c'est qu'on s'est aimé.»

Pour l'ex-candidate des «Anges de la téléréalité», Ayem n'aurait pas supporté de se faire voler la vedette. C'est ce qui aurait mis fin à leur amitié. «Le truc, c'est que l'élève a dépassé le maître, analyse Nabilla. Elle m'a appris le système, la presse. Qu'il fallait persévérer, soigner son image, ne pas être trop trash. C'était comme une mère. Et puis il y a eu ce buzz qui a créé des jalousies. Ça m'a appris que si on voulait garder ses amis, il ne fallait pas essayer de les surpasser. Ne pas leur montrer en tout cas. Sauf que ça fatigue au bout d'un moment.»

«Tant pis, il y en aura d'autres!»

Malgré cette situation tendue, Nabilla assure qu'elle a tout fait pour ménager la susceptibilité d'Ayem. «Lorsque je la voyais, il fallait lui donner l'impression qu'elle était au-dessus de moi, explique-t-elle. Alors que je faisais plus de bruit qu'elle.»

Au final, la Suissesse s'est rendu compte qu'il n'y avait plus rien à faire pour préserver cette relation devenue toxique. Elle préfère désormais tourner la page. «Je l'ai perdu, tant pis. Il y en aura d'autres!»