04 juin 2008 22:45; Act: 04.06.2008 21:29 Print

Carla Bruni - Rachida Dati: duel de tigresses à l’Elysée

Dans un livre qui paraît le 5 juin, Carla Bruni est décrite comme la rivale de Rachida Dati, ministre de la Justice.

Une faute?

«Tu aurais bien aimé l’occuper, n’est ce pas?» aurait lancé Carla Bruni-Sarkozy à Rachida Dati en désignant le lit présidentiel alors qu’elle traversait la chambre à coucher avec la ministre de la Justice, par ailleurs amie de Cécilia Attias, l’ex-femme de Nicolas Sarkozy.

Cette rumeur est issue de «Carla et Nicolas, La véritable histoire» (Ed. du Moment), un livre d’Yves Azéroual et Valérie Benaïm, dans lequel Carla évoque sa vie à l’Elysée.

Joints mercredi par «20minutes», les auteurs ne disent pas craindre de représailles pour avoir évoqué ce duel de tigresses: «Cette anecdote n’a pas été démentie, disent-ils. Carla Bruni nous a dit qu’elle n’avait aucun problème avec Rachida Dati. Ça ne nous a pas empêchés de faire notre enquête et de publier cette histoire en étant sûrs de notre source. De plus, on nous a fait savoir que l’Elysée est enchanté par notre ouvrage.»

Les auteurs précisent que «Carla Bruni n’a pas été intrusive» dans leur travail. Elle révèle même des secrets. Ainsi, quand Sarkozy lui a demandé sa main, elle l’a prié de le faire auprès de sa meilleure amie, Marine Delterme! Cette dernière a donc reçu un téléphone du président français en novembre 2007...

Mais comment Benaïm et Azéroual ont-ils pu obtenir cet entretien exclusif avec la première dame de France? «D’une part grâce à Pierre Charon, proche conseiller de Carla Bruni. D’autre part parce que cette dernière a été séduite par notre démarche. Ce n’était pas du copier-coller d’archives, comme d’autres bouquins écrits sur elle. Nous n’avions pas non plus envie de la présenter comme une dévoreuse d’hommes. Elle est une femme formidablement intelligente et d’une grande sensibilité. Le but était d’aller de l’avant avec elle, de décrypter la séquence politique de son arrivée à l’Elysée, puis d’évoquer son rôle, ses engagements humanitaires au profit de la lutte contre le sida et dans le domaine de l’éducation.»

Valérie Benaïm va même jusqu’à comparer Carla Bruni à... Bernadette Chirac! «Toutes deux sont des femmes proches de leur époux et qui roulent pour eux. Ainsi Carla nous a dit: «Moi, j’aurais voté pour mon mari», faisant allusion à l’ex-femme du président, Cécilia Attias, qui n’était pas allée voter au second tour de la dernière présidentielle.»

Enfin, les auteurs de «Carla et Nicolas, La véritable histoire» décrivent Carla Bruni comme une «première première dame qui exerce un métier, celui d’artiste. Elle est une femme moderne qui se dit «effrayée» quand elle reçoit un courrier adressé à «Mme Nicolas Sarkozy» et non pas à Carla Bruni-Sarkozy. C’est la preuve, s’il en fallait une, qu’elle est une femme qui sort de l’ombre de son mari et qui ne s’interdit pas d’avoir une opinion.»

Pascal Pellegrino