De passage en Suisse

08 février 2012 16:13; Act: 10.02.2012 08:01 Print

Dieudo: «Je pense que je peux battre Federer»

par Grégoire Corthay/Adrien Iseli - Dieudonné s'exprime sur des personnalités qui font l'actu. De Zahia à François Hollande, en passant par Marine Le Pen, Omar Sy ou Roger Federer, l’humoriste controversé distribue les bons et mauvais points...

Voir le diaporama en grand »
«Je ne veux pas cracher à la gueule de Marine Le Pen, c'est trop facile! S'appeler Le Pen, cela n'a pas du être facile tous les jours...» «François Hollande, c'est un peu mon collègue humoriste. C'est un homme intelligent certainement, mais au niveau de la communication et du signe de ralliement du PS, ce n'est pas ça...» «Jean-Luc Mélenchon? C'est un genre de Marine Le Pen factice. Il veut refaire le monde mais est dans des vieux schémas. Il n'a pas compris que la politique avait évolué» «Bachar el-Assad? «J'aurai un peu la position des Russes et des Chinois. Je pense qu'il faut laisser aux Syriens gérer leurs affaires internes» «Il a un côté un peu showbiz qui peut un peu énerver mais cela aurait été bien qu'il puisse se présenter. Je ne pense pas que Youssou Ndour soit un grand révolutionnaire» «Laurent Ruquier? On ne peut pas être toujours drôle tous les jours à un niveau très important. Il s'est usé à la télévision» «Stéphane Guillon? Il paraît qu'il est un peu subversif mais je ne pense pas qu'il y ait un marché de la subversion» «Lui, je ne le connais pas du tout. J'ai aucune idée de ce qu'il peut faire» «S'en prendre à Zidane comme a pu le faire Christophe Alévêque, c'est de la fausse subversion. C'est toujours facile de s'en prendre à des gens qui ne répondent pas...» «Ce n'est pas moi qui vais dire du mal d'Alain Soral. C'est un copain. Il a un côté parfois un peu punk, un peu trash» «Zahia? J'ai pas grand chose à dire sur elle. Elle est à l'image de ce qu'on attend d'une jeune femme d'origine musulmane...» «Je ferai bien une partie avec Roger Federer pour voir et je pense que je pourrais gagner mais pas avec les règles du tennis habituelles. Avec une arme blanche ou un fusil...» «Omar et Fred m'avaient demandée des conseils au départ. Et j'avais pu leu pas mal de consr dire que j'étais certainement pas la bonne personne à suivre!» «Cet homme (Bernard Junod, un jeune enseignant suisse qui a été viré de son boulot pour avoir publié une photo décalée de lui à Auschwitz sur Facebook) ne me paraît pas dangereux pour la société. Sur cette photo, on sent bien que ce n'est pas lui qui va lancer un programme d'extermination dans les 15 jours»

Sur ce sujet
Une faute?

L’humoriste banni des plateaux de télé en France parvient, à chacune de ses visites en Suisse, à faire le plein pour ses spectacles. A Nyon, plus de 1600 personnes ont acheté leur billet pour voir cette bête de scène jouer «Rendez-nous Jésus!», mardi et mercredi soir. A cette occasion, «20 minutes» a rencontré Dieudonné peu avant son entrée sur scène. Découvrez ses avis tranchés sur diverses personnalités dans les vidéos ci-dessous.

A propos de Zahia
«C’est une belle jeune femme (…) J'ai pas grand chose à dire sur elle. Elle est à l'image de ce qu’on attend d’une jeune femme d’origine musulmane... Je vois en elle une personne qui sait évoluer dans un monde particulièrement hostile»

A propos de Zidane
«S'en prendre à Zidane comme a pu le faire Christophe Alévêque, c'est de la fausse subversion. C'est toujours facile de s'en prendre à des gens qui ne répondent pas... Son argent cela le regarde. Il en gagnera toujours moins que la Fédération de football. Zidane aime l'argent et c'est le produit d'un système».

A propos de Omar Sy
«Il se trouve qu'Omar et Fred sont deux jeunes humoristes qui m'aimaient beaucoup. Ils se sont inspirés pas mal de moi et de mon univers. En tout cas, c'est ce qu'ils m’ont dit au moment où ils se lançaient. Ils m’avaient demandé pas mal de conseils au départ. Et j’avais pu leur dire que j’étais certainement pas la bonne personne à suivre. Ils ont toujours été très sympathiques avec moi».

A propos de Stéphane Guillon
«Il paraît qu'il est un peu subversif mais je ne pense pas qu'il y ait un marché de la subversion. Je ne le connais pas très bien. Je sais qu'il s'est prononcé de manière assez négative à mon propos mais je n'entrerai pas dans un débat...»

A propos de Laurent Ruquier
«Je le connais bien! J'ai une certaine tendresse pour lui, je le respecte. Il n'a jamais été drôle et n'a pas cette prétention. On ne peut pas être toujours drôle tous les jours à un niveau très important. Il s'est usé à la télévision...»

A propos de Yann Barthes
«Lui, je ne le connais pas du tout. J’ai aucune idée de ce qu’il peut faire. Si je devais le juger par rapport à sa tenue vestimentaire, je dirai qu’il est peut-être un cadre du parti socialiste mais si cela se trouve, il est à l'UMP, ce qui est exactement pareil...»

A propos de Bachar el-Assad
«J'aurai un peu la position des Russes et des Chinois. Je pense qu'il faut laisser aux Syriens gérer leurs affaires internes. Je connais bien la Syrie. J'ai joué mon spectacle là-bas. J’ai pris beaucoup de bon temps à Damas. C'est là-bas que j’ai rencontré Hugo Chávez...»

A propos de Youssou Ndour
«Il a un côté un peu showbiz qui peut un peu énerver mais cela aurait été bien qu’il puisse se présenter. D’autant que Wade, cela suffit. Je ne pense pas que Youssou Ndour soit un grand révolutionnaire...»

A propos de François Hollande
«Lui, c'est un peu mon collègue humoriste. C’est un homme intelligent certainement, mais au niveau de la communication et du signe de ralliement du PS, ce n'est pas ça... Ils l'appellent «Le Flanby», mais c'est au-delà de cela. On a la sensation d’un homme qui a certes l'intelligence mais pas le panache...»

A propos de Marine Le Pen
«Je suis dégagé de toute collaboration avec ce genre de personne et son parti. Je ne veux pas cracher à la gueule de Marine Le Pen, c'est trop facile. J'ai une petite forme de tendresse pour elle par rapport à la vie qu’elle a eue, une vie de paria. S’appeler Le Pen, cela n’a pas du être facile tous les jours. Pour l'instant, elle me paraît un peu tendre mais faut lui laisser le temps d'avoir son expérience personnelle...»

A propos de Jean-Luc Mélenchon
«Lui, je ne l'aime pas trop, il m'emmerde. Il aimerait avoir le score de Marine Le Pen. C'est d’ailleurs un genre de Marine Le Pen factice. Il veut refaire le monde mais est dans des vieux schémas. Il n’a pas compris que la politique avait évolué, changé. Tout le monde critique la finance, il n’y a rien d’extraordinaire. A la limite, Cantona est plus drôle...»

A propos d'Alain Soral
«Ce n'est pas moi qui vais dire du mal d'Alain Soral. C'est un copain et c'est difficile de parler d’un ami. Il a ses opinions qui sont tranchées. Nous avons un point commun, c'est notre antisionisme. Il est indépendant, il dit ce qu’il veut. Il a un côté parfois un peu punk, un peu trash. Il a des amis qui sont étranges parfois, comme moi... Il représente aussi une France que j'entends»

A propos de Bernard Junod, l’enseignant vaudois viré de son boulot pour une blague à Auschwitz.
«Là, c'est toujours le même chantage fait à l'antisémitisme. Cet homme (Bernard Junod) ne me paraît pas dangereux pour la société. Sur cette photo, on sent bien que ce n'est pas lui qui va lancer un programme d’extermination dans les 15 jours. A la limite, si c'était la société qui lance ce produit qui portait plainte, je pourrais comprendre...»

Dieudo parle de son actualité, la sortie de son premier film comme réalisateur: «L’Antisémite»
«J'ai été accusé d’être antisémite. Je réponds par la farce, par ce qui est mon arme de prédilection. Le pitch en quelques mots: un homme jugé antisémite par sa femme mourante se voit obligé d'aller se faire psychanalyser par un psy juif.»

A propos de Roger Federer
«J’aime beaucoup le tennis. Federer fait partie des légendes de ce sport. Je ferai bien une partie avec lui pour voir et je pense que je pourrais gagner mais pas avec les règles du tennis habituelles. Avec une arme blanche ou un fusil. Je pense que c'est la seule façon... Moi, je soutiens plutôt Jo-Wilfried Tsonga et Monfils. Pas parce qu’ils sont noirs mais parce que ce sont les deux joueurs français qui m'impressionnent actuellement».