Les potins de Cannes

23 mai 2019 07:12; Act: 23.05.2019 12:27 Print

Entre larmes et crottins, tout le monde s'est lâché

La neuvième journée cannoise fut la plus chargée en émotions. Et beaucoup, animaux y compris, n'ont pu les contenir.

Voir le diaporama en grand »

Sur ce sujet
Une faute?

La méthode «sparadraps»

Au lendemain de la projection de «Once Upon a Time... in Hollywood», de Quentin Tarantino, le service de presse de la production a fait coller un morceau de sparadrap sur les objectifs des smartphones pour éviter que les journalistes ne filment les tables rondes auxquelles ils étaient conviés. Après quoi, une consigne a été donnée de ne pas évoquer certains sujets, comme #MeToo. Des contraintes qui se sont révélées absolument vaines: les journalistes ont décollé leurs sparadraps et posé leurs questions, sans qu'aucun des artistes ne s'en émeuve. Le cinéaste est tout de même apparu agacé lorsqu'une journaliste lui a reproché de n'avoir donné que trop peu de répliques à l'actrice Margot Robbie. «Je ne suis pas d'accord avec ce que vous dites», a laconiquement répondu le réalisateur, le visage fermé. Oups.

Les meilleurs moments de la conférence de presse:

Pour que la Croisette garde son appellation glamour

Seize chevaux, montés par les forces de l'ordre, ont été sélectionnés pour patrouiller sur la Croisette, afin de sécuriser et surveiller la foule. Mais ces «stars» équines ne sont pas dans les bons papiers du maire de la ville, qui a demandé à leurs cavaliers de ramasser les crottins qui jonchent quotidiennement le sol des rues cannoises. «Nous ne sommes pas équipés pour le faire, cela ne fait par partie de nos missions... Habituellement, nous n'avons même pas le droit de descendre de cheval!», s'est défendu un cavalier. Mais le protocole a dû être modifié afin que la Croisette ne se transforme pas en «Crottette»: «La mairie nous a fourni des pelles et sacs poubelle.» Nice-Matin rappelle qu'un cheval défèque une dizaine de fois par jour et boit entre 20 et 40 litres d'eau quotidiennement. Pas super glam', en effet!

Dolan en pleurs

Le réalisateur Xavier Dolan a fondu en larmes, sous les ovations du public, après avoir présenté son dernier film «Matthias et Maxime», en lice pour la Palme d'or. Habitué de la Croisette depuis ses débuts, le benjamin de la compétition (il vient tout juste d'avoir 30 ans) fait pour la troisième fois partie de la sélection officielle, après «Mommy» (prix du jury en 2014) et «Juste la fin du monde» (Grand Prix du jury en 2016).


Delon s'y met aussi...

C'est par le biais d'une lettre transmise à l'AFP qu'Alain Delon, lauréat de la Palme d'or d'honneur, a souhaité partager son émotion avec son public. «L'envie me prend de remercier toutes celles et tous ceux qui m'ont témoigné d'une manière ou d'une autre leur affection et leur sympathie, et plus encore», a écrit l'acteur de 83 ans.

«Alors que mon voyage touche à sa fin, je veux le dire: j'ai connu tant de passions, tant d'amours, tant de succès et d'échecs, tant de controverses, tant d'esclandres, de ténébreuses affaires, tant de souvenirs, tant de rendez-vous manqués, de rencontres impromptues, tant de hauts et de bas; que lorsque les honneurs ne seront plus que de vains et lointains souvenirs, il est une seule chose qui brillera par sa constance et sa longévité: vous, vous seuls. À vous qui avez fait ce que je suis, et qui ferez ce que je serai, il me fallait vous le dire. «Je vous dis merci, merci, merci.» Touchant.

Pendant ce temps, les Cannois s'entraînent pour le sprint final...


Redécouvrez les meilleurs moments de cette quinzaine:

Festival de Cannes

(szu/afp)