Los Angeles

06 mai 2012 15:21; Act: 06.05.2012 15:33 Print

Eva Longoria supportrice numéro 1 d’Obama

L’actrice de «Desperate Housewives» en est certaine: Barack Obama est l’homme qu'il faudra réélire à la tête des Etats-Unis en novembre. La belle passera tout son temps libre à faire campagne.

storybild

La star soutient le président depuis plusieurs années. (Photo: AFP)

Sur ce sujet
Une faute?

Quand Eva Longoria s’engage en politique, elle ne fait pas les choses à moitié. La jeune femme, qui soutient Barack Obama depuis 2008, l’a encore prouvé cette semaine en déclarant au «Hollywood Reporter» qu’elle allait utiliser tous ses moments de libre pour convaincre les Américains de réélire l’actuel président des Etats-Unis. «Il s’agit de l’élection la plus importante de ma vie», a-t-elle confié.

Le soutien inconditionnel de l’actrice a d’ailleurs été récompensé par Barack Obama en personne. Le président l’a choisie pour faire partie des 35 ambassadeurs électoraux de sa campagne, qui sillonneront tous les Etats-Unis pour inciter les citoyens à donner leur voix à Obama.

Pas envie de se lancer en politique

Sûre de son choix, Eva Longoria n’hésite pas à afficher ses préférences politiques dans les médias, s’attirant les foudres de nombreux Américains qui pensent que les stars n’ont pas à se mêler de politique. «Pourquoi? Parce que nous ne sommes pas Américains?, a répliqué l’actrice. Je suis d’abord américaine et très engagée dans la vie politique. Tout le monde devrait être responsable et comprendre les problèmes politiques. (...) Je fais partie de ces gens. Il se trouve que j’ai une voix et un métier qui me permet de partager mes opinions».

Si Eva Longoria soutient Obama, c’est surtout pour tout le travail qu’il a accompli pour aider la communauté hispanique. Pour elle, Mitt Romney, le probable concurrent républicain d’Obama, a tout faux quand il s’agit des problèmes rencontrés par les Latinos. Mais ne comptez par sur l’actrice pour se lancer en politique. «Mon Dieu non! J’ai plus de pouvoir en tant que citoyenne. Une fois que vous êtes un politicien, vos mains sont liées. Je préfère avoir une voix.»

(jfa)