Propos antisémites

02 mars 2011 17:35; Act: 02.03.2011 18:28 Print

Galliano présente ses excuses

Le styliste John Galliano, accusé d'avoir tenu des propos antisémites, a présenté ses excuses mercredi pour «sa conduite qui a pu choquer», mais a nié tout antisémitisme.

Voir le diaporama en grand »

Sur ce sujet
Une faute?

«Je nie totalement les accusations portées contre moi et coopère avec les enquêteurs», explique John Galliano dans un communiqué publié mercredi à Londres par ses avocats. «L'antisémitisme et le racisme n'ont pas de place dans notre société. Je présente mes excuses sans réserve si ma conduite a pu choquer», ajoute-t-il.

La maison de couture française Dior a annoncé mardi qu'elle allait se séparer de son styliste vedette, accusé d'avoir tenu des propos antisémites et racistes, au lendemain de la diffusion d'une vidéo sur internet dans laquelle il déclare «adorer Hitler».

Dior a décidé mercredi de maintenir son défilé de prêt-à-porter prévu vendredi à Paris. Mais cette affaire a jeté une ombre sur la semaine parisienne de présentation des collections de prêt-à-porter automne-hiver 2011-2012, qui s'est ouverte mardi.


L'occasion de rebondir pour Dior

Forte de sa longévité et de son statut de marque star, l'image et les ventes de Dior ne devraient pas souffrir de cette affaire. La maison de haute couture pourrait même profiter du changement de styliste pour retrouver un nouveau souffle.

Dans le genre radical, un des noms évoqués est Hedi Slimane, ancien directeur artistique de Dior homme, qui reste la référence en matière de renouvellement de la mode masculine.

«Il connaît parfaitement la maison. Il a plutôt un profil réservé mais une grande force de conviction et une vision artistique forte, et il est déjà très aimé», souligne l'historienne de la mode Lydia Kamitsis.

Cela ferait une belle histoire, comme la mode les affectionne. Hedi Slimane, 42 ans, a un «profil atypique», grâce à ses liens avec la scène artistique, et «il a pris du recul depuis quatre ans, il arriverait quasiment vierge» dans ce scénario de «retour glorieux», note-t-elle.

D'autres évoquent Alber Elbaz qui a relancé Lanvin, chouchou du milieu pour son grand talent comme pour sa personnalité attachante, ou le mystérieux Riccardo Tisci, qui dirige actuellement la création chez Givenchy. Le Français Haider Ackermann, formé à Anvers, qui dirige sa propre marque, est également cité.


En cure de désintoxication ?

Selon le «Herald Tribune», M. Galliano se serait laissé convaincre «par ses amis» d'entrer en cure de désintoxication. Plusieurs sources, y compris au sein de la maison Dior, racontent que le créateur, pris dans une spirale alcoolisée, n'était «quasiment plus au studio» depuis des mois.

Outre la pression des collections, il aurait eu beaucoup de mal à se remettre du décès en 2007 de Steven Robinson, son ami et principal collaborateur depuis une vingtaine d'années.

«La vérité c'est que le couvercle a sauté. Dior l'a maintenu dans une cocotte-minute et il essayait de maintenir la tête hors de l'eau. Dior voulait faire croire que tout allait bien mais ce n'était pas le cas», a renchéri une source proche du créateur, qui l'a eu mardi au téléphone.

«Il sait qu'il est un homme mort. C'est horriblement violent et tragique. Je suis très pessimiste sur son avenir», a-t-elle ajouté.

Le blog très consulté «The sartorialist» voit pour sa part «un homme triste prêt à dire n'importe quoi pour blesser, dans un appel à l'aide désespéré». Il espère que le couturier «ira chercher l'aide de professionnels dont il a manifestement besoin».

Beaucoup rappellent les précédents de couturiers ayant perdu pied, suite à leurs propres excès comme aux pressions du milieu: Yves Saint Laurent, en dépression chronique, ou Alexander McQueen qui s'est suicidé il y a tout juste un an.

(afp)