John Galliano

25 février 2011 10:29; Act: 25.02.2011 14:24 Print

Interpellé pour insultes antisémites

Le couturier britannique de la maison Dior, John Galliano, a été interpellé jeudi soir pour «violences légères» et «insultes à caractère antisémite» dans le centre de Paris.

storybild

John Galliano s'en serait pris à un couple. (Photo: Keystone/AP)

Sur ce sujet
Une faute?

Selon les premiers éléments, le couturier s'en serait pris à un couple à la terrasse d'un café. «Pour l'instant, on ne connaît pas les raisons qui l'ont poussé à s'en prendre à ce couple», a précisé une source policière.

Rapidement interpellé par les policiers, le créateur de mode britannique a ensuite été conduit en garde à vue un commissariat parisien. Son alcoolémie s'est révélée positive avec un taux de 1,1 mg d'alcool par litre d'air expiré.

Galliano, qui fait l'objet de deux plaintes dans cette affaire, a ensuite été laissé libre «sur instruction du parquet», ont précisé les même sources.

Le styliste «dément formellement les accusations d'antisémitisme qui lui sont imputées», a déclaré vendredi son avocat Me Stéphane Zerbib qui ajoute que celui qu'il défend «n'est pas du tout dans cet état d'esprit». Le directeur artistique de Dior «s'expliquera ultérieurement», a affirmé son conseil, précisant que le couturier «poursuivra les personnes ayant fait état de telles accusations».

Jointe par "20 minutes", la maison de couture Dior n'a pas souhaité faire de commentaire, se réservant toutefois le droit de publier un communiqué dans les prochaines heures.

John Galliano est âgé de 50 ans. En matière de mode il est un pur produit de l'excentricité britannique. Il a étudié à la célèbre Saint-Martin School de Londres dans les années 1980 puis il a fondé sa propre maison à son nom. Au vu de son succès, le Britannique est appelé à la direction artistique de la maison Givenchy en 1995 puis Dior dès 1996. Dans l'illustre maison de l'avenue Montaigne à Paris, il signe les collections de prêt-à-porter et de haute couture.

Après le dérapage verbal de Jean-Paul Guerlain sur le plateau du journal de France 2, en octobre 2010, c'est, en quelques mois, le deuxième incident à caractère raciste qui éclabousse le groupe LVMH propriétaire des marques Dior et Guerlain.

(afp/eco)