Humour

22 février 2011 16:37; Act: 22.02.2011 16:58 Print

Judith Godrèche primée pour son «gros cul»

L'actrice a reçu deux prix lors de la cérémonie des Gérard qui distinguent le pire du cinéma français.

storybild

La comédienne a réalisé son premier long métrage, «Toutes les filles pleurent» , qui est sorti dans les salles en 2010. (Photo: DR)

Une faute?

L’actrice, âgée de 38 ans, n’a pas été épargnée par le jury puisqu’elle est la seule, parmi les nombreux lauréats, à avoir réussi un doublé, avant-hier soir. Le Gérard du gros cul (avec, en prime, un jeu de mot sur Judith Godrèche tranformé en Judith «Gros Derche») et le Gérard du «On n’est jamais mieux servi que par soi-même» lui ont tous deux été attribués pour «Toutes les filles pleurent» qu’elle a réalisé et dans lequel elle joue.

A contrario, Clémence Poésy a eu la statuette du petit cul. Tous les artistes distingués, hormis le cinéaste Cyril de Gasperis, ont brillé par leur absence lors de la sixième édition du gala.

Jane Birkin a écopé d’un parpaing doré en tant que «désespoir féminin de l’année», le pendant masculin va, lui, à Franck Dubosc. Alexandra Lamy et Jean Dujardin ont été primés parce qu’ils sont un «petit couple qui se la joue Alain Delon et Romy Schneider dans «Paris Match», mais qui fait plutôt penser à une pub de la Saint-Valentin pour des Mon Chéri».

Edouard Baer est «l’acteur qui avant nous faisait bien rire et qui maintenant nous fait bien chier», alors qu’Isabelle Mergault est élue «réalisateur, quand tu vois ses films, ben t’as du mal à réaliser. Parce qu’en fait, lui aussi».


Le palamarès complet

1) Gérard du film français sorti avec un titre en anglais parce qu’on sait jamais, sur un malentendu, on peut croire qu’il est américain.

«Kill me please» avec Virginie Efira

2) Gérard du chanteur qui fait l’acteur, ou le contraire, en tout cas dans un cas comme dans l’autre, il le fait mal.

Raphaël dans «Ces Amours-là»

3) Gérard du film où on t'explique que le racisme, c’est pas bien.

«La Rafle» avec Mélanie Laurent et «Hors la loi» avec Jamel Debbouze ex æquo

4) Gérard du film de partouzeur.

«La Horde» avec Claude Perron

5) Gérard de l'acteur qu'on croyait mort depuis 1985, et qui en fait, tourne encore.

Henri Guybet, ex-Salomon est juif !, dans «Protéger et Servir»

6) Gérard du film qui ose enfin dire la vérité sur les femmes.

«Sans Queue ni tête» avec Isabelle Huppert

7) Gérard du réalisateur, quand tu vois ses films, ben t'as du mal à réaliser. Parce qu'en fait, lui aussi.

Isabelle Mergault pour «Donnant, donnant»

8) Gérard du film guimauve que tu te forces à aller voir uniquement pour emballer une meuf.

«L'Arnacoeur» avec Romain Duris

9) Gérard de l’acteur qui avant nous faisait bien rire et qui maintenant nous fait bien chier.

Edouard Baer dans «Mon pote»

10) Gérard du petit cul.

Clémence Poésy dans «Lullaby»

11) Gérard du gros cul.

Judith Gros derche dans Toutes les filles pleurent

12) Gérard du «on n’est jamais mieux servi que par soi-même»
«Toutes les filles pleurent» de Judith Godrèche, avec Judith Godrèche

13) Gérard du petit couple qui se la joue Alain Delon et Romy Schneider dans «Paris Match», mais qui fait plutôt penser à une pub de la Saint-Valentin pour des Mon Chéri.

Jean Dujardin et Alexandra Lamy

14) Gérard du film que tu vas voir alors que ta meuf t’a largué... t’as perdu ton boulot... t’as appris que t’avais le cancer... mais bon, tu t’es dit: «la vie continue, je vais aller au ciné pour retrouver un peu de joie de vivre », et puis, t’arrives devant ton UGC, et là, au menu.

«L’absence» avec Liliane Rovère

15) Gérard de l’actrice qui bénéficie le mieux des réseaux de son mari, ou plutôt de son futur ex-mari, enfin bon on sait plus trop où ils en sont, toujours est-il qu’elle continue à tourner.

Arielle Dombasle dans «Roses à crédit»

16) Gérard du désespoir féminin.

Jane Birkin dans «Thelma, Louise et Chantal»

17) Gérard du désespoir masculin.

Franck Dubosc dans «Camping 2»

18) Gérard du plus mauvais film de l’année (et probablement de la décennie).

«L’immortel» de Richard Berry, avec Jean Reno

(eco)