Mariage royal dans un mois

28 mars 2011 17:22; Act: 28.03.2011 17:43 Print

L'Angleterre n'est pas encore en fête

On connaît la liste de mariage, le pâtissier, le carrosse: à un mois de la noce de William et Kate, le puzzle du mariage prend forme, mais les Britanniques n'ont pas encore vraiment le coeur à la fête.

storybild

Le mariage de William et Kate devrait drainer au moins deux milliards de téléspectateurs dans le monde. (Photo: Keystone/AP)

Sur ce sujet
Une faute?

«La frénésie médiatique suscitée aux Etats-Unis par ce mariage est sans commune mesure avec l'excitation perceptible jusqu'à présent» au Royaume Uni, notait un éditorialiste dans le Sunday Times.

CNN a ainsi prévu d'envoyer une équipe de 50 personnes. Les télés du monde entier, également sur le pied de guerre, ont réservé leurs faisceaux depuis des mois et les médias s'arrachent les interviews d'experts qui monnayent chèrement leurs services.

Depuis l'annonce du mariage, le palais de Buckingham a, il est vrai, entretenu le suspens avec un art consommé, tout en se gardant de prêter le flanc aux critiques sur des dépenses inconsidérées en temps de crise.

Informations distillées au compte-goutte

Chaque semaine a apporté son lot de «révélations», alimentant la chronique: le carrosse qui emportera les jeunes mariés (le même que celui utilisé par Charles et Diana en 1981), le nom des témoins (le prince Harry et Philippa, la soeur de Kate), le nombre des invités (mais pas leur nom). Soit quelque 1900 personnes, triées sur le volet, mais aussi, pour faire bonne mesure, de simples citoyens, dont le postier, le boucher et l'épicier du village de la mariée, aux dires des médias.

Ce furent ensuite l'annonce de la première visite officielle du couple cet été au Canada, la composition de l'orchestre pour la cérémonie à l'abbaye de Westminster, l'ouverture d'une liste de mariage sous forme de dons aux organisations humanitaires.

William et Kate Middleton, qui, protocole oblige, se fait maintenant appeler Catherine, ont aussi fait leurs premiers pas sur la scène officielle, baptisant un bateau, allant en Irlande du nord.

La robe de Kate, véritable secret d'Etat

La robe de la mariée est en revanche protégée comme un secret d'Etat et suscite les conjectures les plus folles dans les journaux.

Reste que les Britanniques, qui ont défilé en masse samedi contre l'austérité, semblent suivre pour l'instant ces préparatifs avec un certain détachement.

Selon un sondage il est vrai réalisé pour un mouvement anti-monarchique, 79% se disent «largement indifférents» à l'évènement qui devrait pourtant drainer au moins deux milliards de téléspectateurs dans le monde, d'après les estimations.

«Il y a beaucoup d'effervescence à l'étranger, mais curieusement, c'est ici qu'il y a le moins de fièvre», confirme Robert Jobson, chroniqueur royal.

«En avril, il va y avoir de plus en plus d'informations qui vont sortir du palais et on va voir de plus en plus Kate et William. L'excitation va monter», prédit-il.

En attendant, leur «conte de fée moderne» fait marcher les affaires: les fabricants de souvenirs rivalisent de créativité, des boîtes de préservatifs à l'effigie du couple aux «sacs à vomir» pour ceux que les mariages royaux indisposent.

Une cuvée spéciale de bière a été lancée par un brasseur avisé et les pubs pourront fermer plus tard le 29 avril. Même les Middleton s'y sont mis, avec une gamme spéciale de vaisselle en carton lancée par l'entreprise familiale.

Gare aux fauteurs de trouble

Le Jour J, Londres attend 1,1 million de touristes, 600 000 de plus qu'à l'ordinaire. Les réservations sur l'Eurostar ont bondi de plus de 30%.

Au total, les retombées économiques se chiffrent entre 570 et 680 millions d'euros, d'après les experts. Mais le jour férié accordé pour l'occasion aura un coût élevé.

Reste un gros point noir: des fauteurs de trouble pourraient gâcher la fête, a averti Scotland Yard.

(afp)