santé

01 décembre 2011 13:27; Act: 03.12.2011 03:58 Print

L'ultramaigreur de certaines stars fait peur

«Anorexiques à 40 ans», tel est le titre choc du magazine «Gala» paru cette semaine. Les silhouettes de Demi Moore et Letizia d'Espagne sont au centre de la question.

Une faute?

Elles sont riches et célèbres. Elles paradent sur les tapis rouges mais l'admiration a fait place à la consternation: certaines vedettes affichent un corps décharné. Les photos quotidiennement véhiculées par les médias sont éloquentes. Cette constatation a mis la puce à l'oreille de «Gala» qui fait sa couverture sur ce sujet. Titré «Anorexiques après 40 ans», l'article du magazine people évoque en particulier Melanie Griffith (54 ans), la princesse Letizia d'Espagne (39 ans), Sarah Jessica Parker (46 ans), Angelina Jolie (36 ans), la reine Rania de Jordanie (41 ans). On aurait presque voulu ajouter les noms de Madonna ou encore quelques autres...

A ce jour, aucune de ces personnalités n'a publiquement évoqué d'éventuels troubles alimentaires qui expliqueraient leurs maigreurs. Et la presse ne dispose d'aucune certitude sur le fait que l'une ou l'autre soit anorexique. Reste «le soupçon» dont l'hebdomadaire français se fait l'écho en citant une psychologue dont le nom n'est pas mentionné: «Il ne faut pas confondre l'anorexie et la maigreur extrême», déclare la professionnelle.

Sont-elles malades?

L'article de «Gala» s'inquiète du fait que l'anorexie ne serait pas qu'une maladie d'adolescente mais qu'elle frapperait aussi des femmes de plus de 35 ans voire même quinquagénaires. L'auteur d'«Anorexiques après 40 ans», Frédérique Dupré, estime que l'exposition médiatique, la concurrence face à des femmes plus jeunes et la peur de vieillir expliqueraient, en partie, pourquoi certaines personnalités suivraient des régimes alimentaires stricts. Ces exemples traduisent-ils un phénomène qui va au-delà de certains cercles privilégiés sachant que les vies de madame-tout-le-monde et celle d'Angelina Jolie ne sont pas forcément comparables?

L'article relate des informations sur cette maladie. «Selon le DSM-IV, la bible médicale des troubles mentaux, la personne anorexique se reconnaît à la mauvaise image qu'elle a d'elle, à sa terreur à l'idée de prendre du poids, à une absence prolongée de règles et à son refus de reconnaître sa maigreur extrême. Des troubles dont l'origine génétique et environnementale puise sa source dans l'enfance et peuvent se réveiller à un moment particulier.» On retiendra enfin le point de vue de la nutritionniste Nathalie Hutter-Lardeau, auteur d'un livre sur le sujet («Mince Alors!»), qui témoigne dans «Gala»: «Une femme ne devient pas anorexique brutalement à 40 ans, elle l'était déjà auparavant.»

(eco)