Los Angeles

26 août 2015 11:46; Act: 26.08.2015 11:46 Print

Laverne Cox ne supporte plus la transphobie

par Ludovic Jaccard - L'actrice pousse un coup de gueule contre les attaques, souvent mortelles, faites aux personnes transgenres. Elle veut que les mentalités évoluent.

storybild

La comédienne de 31 ans déplore l'intolérance des gens à cause de sa différence. (Photo: AFP/Stephen Lovekin)

Sur ce sujet
Une faute?

Invitée dans l'émission «Times Talk», le mardi 25 août 2015, Laverne Cox s'est livrée à cœur ouvert sur des problèmes qui la touchent personnellement. L'actrice américaine de 31 ans, qui a changé de sexe il y a quelques années, a poussé un cri d'alarme au sujet du triste sort que subissent de nombreuses transgenres.

«Je n'en peux plus de parler des femmes trans qui se font assassiner. Ça me rend malade. J'en ai souvent parlé mais il faut savoir que 21 d'entre elles ont déjà été tuées cette année», a-t-elle déploré.

La transphobie est un véritable fléau à ses yeux. Elle parasite aussi les relations amoureuses des personnes concernées. «Les femmes trans sont tellement stigmatisées. Du coup, cette stigmatisation se transfert aussi sur nos partenaires, qui sont pourtant des hommes hétéros», explique l'Américaine.

Selon Laverne, beaucoup d'hommes qui sont attirés par des trans n'auront aucun problème à coucher avec elles, mais quand il s'agit d'avoir une relation sentimentale, c'est une autre histoire... «Ils ne vont pas le crier sur les toits. Ces hommes-là ne sont plus à nos côtés quand les choses deviennent plus compliquées», a-t-elle remarqué.

Malgré tout, la star de la série «Orange Is The New Black» ne veut pas sombrer dans l'aigreur face à l'intolérance des gens. «Il est important d'être empathique envers ceux qui tiennent des propos homophobes, transphobes ou sexistes. Avoir de l'empathie pour ces personnes de la même manière que j'aimerais qu'elles aient de l'empathie pour moi», dit-elle.

Bien-sûr, Laverne ressent souvent de la colère face à la bêtise humaine, mais elle essaie de la maîtriser comme elle peut. «Il y a des personnes à qui l'on peut faire changer d'avis et d'autres pas. Ceux-là, je ne m'en occupe pas.»