People

15 juillet 2018 10:24; Act: 16.07.2018 07:50 Print

Liam Gallagher a-t-il insulté ses voisins?

Le chanteur d'Oasis a démenti avoir proféré des insultes contre les habitants de son quartier. Il s'est expliqué sur Twitter.

storybild

Liam Gallagher lors de son concert à Londres en mai 2018. (Photo: Keystone/Facundo Arrizabalaga)

Sur ce sujet
Une faute?

Liam Gallagher a emménagé dans une nouvelle maison au nord de Londres avec sa compagne Debbie Gwyther, mais selon le journal britannique «The Sun», il n'a pas tardé à provoqué l'ire de ses voisins. Le journal britannique affirme que l'ancien chanteur d'Oasis a crié «à pleins poumons » dans les rues de son quartier et a insulté ses voisins, les traitant d' «enfoi**s» et de «co*s». Mais le rocker de 45 ans a rapidement réfuté ces accusations sur les réseaux sociaux, se tournant vers Twitter pour proposer une version des faits totalement différente.


«J'ai rencontré mes voisins des deux côtés de chez moi et ce sont des gens fantastiques, très gentils et accueillants contrairement aux harceleurs qui se tenaient à l'extérieur de chez moi l'autre jour avec des jumelles et qui sirotaient leurs lattes (...)», a-t-il tweeté à ses 2,99 millions d'abonnés.

Lundi, «The Sun» avait rapporté que le chanteur de Wonderwall s'était lancé dans une diatribe haute en couleur quand les habitants du quartier sont venus l'observer en train d'emménager dans sa nouvelle maison, qui aurait coûté 2,8 millions de dollars.

Les témoins auraient été «atterrés» par son comportement et inquiets pour leurs futures conditions de vie. «J'ai senti mon cœur se serrer quand j'ai vu Liam emménager avec ses affaires, a déclaré une source se présentant comme un voisin au journal. Un ami et moi le regardions entrer chez lui et il nous a crié de toutes ses forces "Qu'est-ce que vous regardez bande de co*s ? Vous voulez ma put*** de photo ? Enf****s "»

La source a ajouté: «J'étais absolument atterré qu'on me parle comme ça. Les gens ici sont très réservés et décents et je crains que ce Gallagher ne soit un de ces voisins de l'enfer».

(cover media)