Propos antisémites

10 mars 2011 11:16; Act: 10.03.2011 12:41 Print

Pour le plaignant, Galliano n'est pas raciste

L'homme qui a porté plainte contre John Galliano dit ne pas croire qu'il soit «raciste» ou «antisémite» et «ne veut pas qu'on détruise comme ça» le styliste.

Voir le diaporama en grand »

Sur ce sujet
Une faute?

Philippe, auteur d'une plainte à l'encontre de Galliano, confirme que le couturier a tenu des propos antisémites au cours d'une altercation dans un café parisien en février, mais se dit «convaincu que ses mots ont dépassé sa pensée», dans un entretien accordé au quotidien «Le Parisien» jeudi.

«Je ne crois pas qu'il soit raciste, ni antisémite», ajoute-t-il. «Depuis cette histoire, je me suis renseigné sur son travail. J'ai vu qu'il mettait en avant les différences et qu'il mélangeait les cultures dans ses défilés. Je crois, surtout, qu'il est très malade et que c'était pour lui, avant tout, une provocation».

«Une simple dispute de bar»

Le plaignant dit qu'il ne peut «pas faire autrement» que de maintenir sa plainte, «la machine judiciaire (étant) lancée».

Mais «il y a eu un tel déchaînement médiatique autour de cette histoire. Pour moi, il s'agit d'une simple dispute de bar. John Galliano ne mérite pas ça. Je ne veux pas qu'on le détruise comme ça», conclut-il.

45 minutes d'insultes et de grossièretés

Philippe raconte au «Parisien» la façon dont les choses se sont déroulées. «Il a tout de suite commencé à nous agresser en disant à mon amie: «Ta voix m’irrite, tu parles trop fort!». Cela a duré pendant quarante-cinq minutes. Nous étions en train de nous regarder fixement, les yeux dans les yeux. Il nous a abreuvés d’insultes. Il voulait nous humilier. Toute la panoplie des grossièretés y est passée.»

Le plaignant explique qu'il a «demandé, à maintes reprises, aux employés du bar de faire quelque chose, d’intervenir» mais qu'ils «n’ont pas voulu bouger» puisque Galliano est l'un de leurs clients habituels.Pire, «ils lui ont ramené encore un verre de mojito alors qu’il était déjà bien alcoolisé».

Bagarre évitée de peu

John Galliano «avait déjà bu quand il est arrivé dans ce bar», précise Philippe. Le couturier «semblait également très perturbé psychologiquement». Et si le plaignant n'avait pas appelé la police, il est convaincu que les deux hommes en seraient venus aux mains.

John Galliano doit comparaître pour injure raciale au deuxième trimestre 2011 devant le tribunal correctionnel de Paris, après une altercation avec un couple dans un café à la mode du quartier parisien du Marais. Il risque un maximum de six mois de prison et 22.500 euros d'amende.

Interpellé en état d'ébriété, il est accusé d'avoir proféré des propos racistes et antisémites. Il nie les faits et a porté porté plainte pour diffamation. Il a toutefois présenté ses excuses.

La maison Dior l'a licencié pour avoir déclaré dans une vidéo diffusée sur internet qu'il «adore Hitler».

(fab/afp)