People

25 décembre 2019 20:22; Act: 25.12.2019 20:22 Print

Scorsese a travaillé avec Netflix par «désespoir»

Martin Scorsese a eu beaucoup de mal à financer «The Irishman» et a dû se tourner, en désespoir de cause, vers la célèbre plateforme de streaming. Il raconte ses craintes.

La bande-annonce du film.
Sur ce sujet
Une faute?

Martin Scorsese a reconnu que c'est le «désespoir» qui l'a conduit à s'associer avec le service de streaming Netflix pour son dernier film, intitulé «The Irishman». L'Américain de 77 ans a confié au «Hollywood Reporter» que le démarrage de ce projet n'avait pas été facile. Expliquant que les studios traditionnels avaient peur de débourser les 140 millions de dollars de budget nécessaires pour faire recours à la technologie de vieillissement utilisée dans le film, le réalisateur a avoué qu'il s'était tourné vers Netflix en dernier recours.

«Les studios n'étaient tout simplement pas intéressés par «The Irishman». Ils se sont dit que ce qu'ils gagneraient en retour n'était pas suffisant, surtout parce que j'avais besoin d'images de synthèse. De Niro et moi n'avions pas fait de film depuis 1995 et «Casino». Après tout ce temps, nous voulions un nouveau projet. Il est arrivé avec ce livre que le scénariste Eric Roth lui a donné («I Heard You Paint Houses de Charles Brandt»).»

Les deux hommes ont commencé à travailler sur «The Irishman» en 2009, Scorsese insistant sur le fait qu'ils avaient «tout préparé» mais qu'ils n'avaient tout simplement pas pu obtenir de financement. «Puis j'ai reçu un appel de Rick Yorn, qui m'a demandé si j'étais intéressé, raconte-t-il. La chose principale pour moi est la liberté créative. Or, c'est du streaming. J'ai donc posé la question afin de savoir si le film serait montré dans les cinémas».

«The Irishman» a eu une sortie limitée en salle mi-novembre, ce qui l'a rendu éligible pour les Oscars 2020, avant d'arriver sur Netflix plus tard dans le mois. Cependant, le réalisateur a avoué qu'il aurait « peut-être » continué avec Netflix même s'ils n'avaient pas pu se mettre d'accord sur une sortie en salle. «Ça devait être fait», a-t-il conclu.

Pour ce film, peut-être son dernier, le cinéaste a retrouvé Robert De Niro et Joe Pesci et a travaillé avec Al Pacino pour la première fois.

(20 minutes)