France

10 juillet 2014 22:03; Act: 10.07.2014 22:07 Print

Stéphane Bern: «Je suis mal payé pour ce que je fais»

par Joëlle Charrey - Stéphane Bern confie qu’il se débrouille plutôt mal pour négocier ses contrats.

storybild

Stéphane Berne se dit mauvais négociateur.

Une faute?

«Je ne suis pas producteur... donc je ne serai jamais le plus riche au cimetière.» Dans un entretien accordé au «Parisien», Stéphane Bern parle sans détour de son salaire en tant qu’animateur sur RTL et à France Télévisions. Et si l’on en croit ses confidences, le Franco-Luxembourgeois ne roule pas sur l’or: «En fait, je reçois des cachets. Parfois je touche pour une émission 800 ou 1000 euros (900 ou 1200 fr.). Je ne me plains pas. Mais il m’est arrivé de partir faire une émission alors que le billet d’avion était plus cher que mon cachet.»

Au cours de l’entretien, le journaliste âgé de 50 ans joue la carte de l’autodérision. Il admet qu’il n’est pas un très fin négociateur: «Quand un patron me demande: «Vous voulez combien pour faire le 14 Juillet?» Je réponds: «Donnez-moi ce que vous voulez.» Je vais être à l’antenne de 8 h du matin à minuit... Je suis le mec le moins bien payé pour ce qu’il fait!» rigole le présentateur.

Désigné par le magazine «Capital» comme l’animateur le plus rentable de l’audiovisuel français, Stéphane Bern assure qu’il ne songe pas à l’exil fiscal, contrairement à son confrère Arthur, parti s’installer en Belgique. «Je suis aussi Luxembourgeois, mais je vis en France, je paie mes impôts en France et je continuerai. Je pense qu’il n’y a pas que l’argent qui explique les exils fiscaux. Il y a sans doute aussi le rapport de notre pays avec le succès et l’argent», estime le journaliste.