Racisme

21 décembre 2011 09:02; Act: 21.12.2011 18:11 Print

Traitée de «salope nègre» Rihanna s'énerve

Rihanna semble attirer les insultes racistes. Après un Portugais, le week-end dernier, c’est un magazine hollandais qui a dérapé. La star a rétorqué sur Twitter. La rédactrice en chef démissionne.

storybild

Eva Hoeke a démissionné après avoir laissé passer un article insultant Rihanna.

Sur ce sujet
Une faute?

«The Ultimate NiggaBitch» («La salope nègre par excellence»): c’est en ces termes que le magazine de mode hollandais «Jackie» parle de Rihanna dans son dernier numéro.

Il publie un article qui s’intéresse aux tenues vestimentaires de la star et livre une analyse plutôt crue: «Elle a de la street crédibilité, un cul du ghetto et une voix en or. Rihanna, la gentille fille devenue rebelle, est la salope nègre par excellence et le montre avec joie, ce qui pour elle signifie: tout ce qui est porté peut être retiré. Si ça signifie terminer à moitié nue sur la scène, elle le fera. Mais les hivers néerlandais n'ont rien à voir avec ceux de la Jamaïque (sic), alors forcez vos filles à mettre des habits avec lesquels elles pourront survivre à -10°C. Donc, non aux grosses lunettes de soleil et aux talons de pétasse.»

Si la plupart des célébrités n’accordent que peu d’importance à ce qui est écrit à leur sujet dans la presse, ce n’est pas le cas de Rihanna. La chanteuse barbadienne a découvert cet article et a réagi vivement sur Twitter en s’adressant directement à la rédactrice en chef du magazine, Eva Hoeke, dans un long texte: «J’espère que vous comprenez l’anglais, car votre magazine n’est qu’une pauvre représentation de l’évolution des Droits de l’Homme! Je vous ai trouvée irrespectueuse, et même pire, pathétique! Vous êtes vraiment à court d'infos civilisées à imprimer. Il y a des milliers de Hollandaises qui aimeraient être reconnues pour leurs contributions à votre pays, vous auriez pu leur accorder un article. Au lieu de cela, vous payez pour en imprimer un qui dégrade une race tout entière! Voici votre contribution à ce monde! Encourager la ségrégation, inciter les futurs dirigeants à agir comme par le passé! Vous mettez ensemble deux mots qui n’ont aucun sens dans le seul but d’abaisser. «NIGGA BiTCH»?! Eh bien avec tout le respect que je vous dois, et de la part de ma race, voici mes deux mots pour vous... FUCK YOU!»

Des excuses maladroites...

Plusieurs médias spécialisés dans la mode, comme Fashionista.com, ont également critiqué les termes employés dans ce papier. Devant l’immense tollé suscité par cette parution, la rédactrice en chef de «Jackie» a rédigé une explication sur la page Facebook du magazine et se défend en prétextant que le terme «niggabitch» est beaucoup utilisé en argot aux Etats-Unis et qu’il s’agissait plus d’un clin d’œil sous forme de blague: «Cela n’aurait jamais dû arriver. Point. Même si l’auteur ne voulait pas faire de mal - le titre de cet article était une blague – il s’agissait d’une mauvaise blague, pour ne pas dire autre chose. Et ce texte est passé sous mes doigts de rédactrice en chef. Stupide, douloureux et raté pour toutes les personnes concernées. Nous avons fait une remontrance à l’auteur à ce sujet et je peux vous assurer que ce terme ne se retrouvera plus dans le magazine. Par ailleurs, j’espère que vous croyez bien tous qu’il n’y avait aucune motivation raciste derrière le choix de ces mots. C’était stupide et naïf de penser que c’était une forme acceptable d’argot – vous entendez ces mots tous les jours à la télévision et à la radio, donc l’idée qu’on se fait de ce qui est normal a apparemment changé – c’était un choix peu judicieux: n’y voyez aucune malveillance. Nous réalisons notre magazine avec amour, énergie et enthousiasme, et il arrive parfois que quelqu’un franchisse la limite. On ne peut alors faire qu’une seule chose: s’excuser. Et espérer que les autres acceptent nos excuses.»

... et une démission

Mais ces excuses n’ont pas du tout convaincu et un gigantesque mouvement de protestation a gagné les réseaux sociaux. Eva Hoeke a ainsi été copieusement insultée par les fans de Rihanna et autres internautes très remontés. De plus, elle a été «menacée de plusieurs façons», selon un communiqué publié par la direction du magazine.

Dans ce texte, mis en ligne sur la page Facebook de «Jackie», on apprend que la rédactrice en chef, d’entente avec l’éditeur, a décidé de démissionner de ses fonctions avec effet immédiat. Et que Rihanna est cordialement invitée à exprimer son mécontentement dans les colonnes du prochain numéro...

(fab)