Berlin

15 octobre 2015 16:19; Act: 15.10.2015 16:28 Print

«Homeland» piégée par des artistes de rue

Des personnes engagées par la fiction ont tagué des inscriptions pour dénoncer le racisme de la série de Showtime.

Voir le diaporama en grand »

Découvrez certaines des inscriptions faites sur les murs du décor, ainsi que leur signification.

Sur ce sujet
Une faute?

Heba Amin, Caram Kapp et Stone devaient attendre ce dimanche 11 octobre 2015 avec impatience. C'est à cette date qu'a été diffusé, aux Etats-Unis, le 2e épisode de la 5e saison de «Homeland». On y voyait la protagoniste Carrie Mathison visiter un camp de réfugiés syriens. Pour rendre le décor crédible (la scène a été tournée dans un studio à Berlin), la production a fait appel à ces trois artistes spécialisés dans le street-art pour faire quelques graffitis. Seules consignes: ne rien écrire d'apolitique et écrire «Mohamed est le plus grand». Ces consignes, ils ont choisi les ignorer.

«Homeland» est raciste». «Homeland» n'est pas une série». Voilà le genre de phrases qu'ils ont préféré inscrire sur les murs. Pas vraiment ce que la production attendait d'eux. «Cette fiction est pleine de stéréotypes et d'inexactitudes» ont-ils expliqué sur leur site mercredi. Ils dénoncent dans un texte les maladresses de la fiction vis-à-vis de la représentation du Moyen-Orient. Ce job était pour eux une façon de faire passer leur message.

«Les décorateurs étaient trop occupés pour nous gérer. A leurs yeux, l'écriture arabe est plutôt un élément visuel qui vient confirmer l'horreur du Moyen-Orient» ont-ils ajouté. Effectivement, l'épisode a été diffusé sans que cela ne gêne personne. La chaîne Showtime qui diffuse la fiction n'a pas réagi pour le moment.

(mja)