Philippe Vasseur

13 décembre 2013 06:30; Act: 13.12.2013 07:39 Print

«Incarner José est un job toujours plus alimentaire»

par Julienne Farine, Paris - L'acteur français ne compte pas jouer dans «Les Mystères de l’amour» jusqu’à sa retraite. Il aimerait que son personnage décède.

Sur ce sujet
Une faute?

Il y a 21 ans, Jean-Luc Azoulay, le cofondateur des productions AB, proposait à un jeune décorateur aux cheveux longs de devenir José, l’un des garçons d’Hélène. Un peu plus de 20 ans plus tard, Philippe Vasseur est toujours dans la bande, mais commence à se lasser de ce personnage dragueur.

Votre personnalité a-t-elle influencé celle de l’homme que vous incarnez?

Oui, j’ai amené beaucoup de moi dans sa façon de déconner. Au départ, il n’avait pas beaucoup de caractère. Mais ma manière de draguer n’a rien à voir avec la sienne, ça fait 20 ans que je le dis!

Vous côtoyez les mêmes acteurs depuis 20 ans. Comment les considérez-vous?

On a toujours été très proches. Ca se passe bien. Seulement, tout le monde vieillit.
Et il y a des choses qui me ¬fatiguent.

Lesquelles?
On a des journées chargées. On ne peut pas faire toute sa vie un job alimentaire. Incarner José l’est de plus en plus. Il faut prendre «la» décision (ndlr: de quitter la série). C’est ça le plus dur. Je me tâte.

Si vous décidez d’arrêter la série, comment voudriez-vous que José disparaisse?

J’aimerais bien qu’il meure. Je trouve que ça ferait un bel épisode, même si, bien sûr, ce serait triste.

Prenez-vous encore du plaisir à jouer dans «Les mystères de l’amour»?
Oui, heureusement! Sinon je serais déjà parti.

Quand vous avez commencé «Les mystères de l’amour» en 2011, imaginiez-vous avoir encore autant de succès?
Franchement, oui. Notre public est fidèle, je m’attendais à ce qu’il soit là.

Regardez-vous la série?
Toujours. Je les regarde seul pour pouvoir ensuite en parler objectivement. Ça me permet en plus de corriger plein de choses en me regardant dans les différents épisodes.

Hélène Rollès et Laly Meignan se sont également confiés à «20 minutes:»