Magalie Madison

03 mai 2012 06:56; Act: 03.05.2012 10:13 Print

«J’ai accepté de reprendre le rôle d’Annette»

par Julienne Farine - Avant de redevenir la blonde à la voix suraiguë de la série «Premiers Baisers», Magalie Madison joue dans «Le jour où tout a basculé».

Les premières images de Magalie dans l'émission de France 2.
Sur ce sujet
Une faute?

Jordy, Douchka, Indra puis vous: l’émission de France 2 qui reconstitue des faits divers adore les stars des années 90.
C’est vrai. Je pense que c’est pour faire monter l’audience. Il me paraît évident que les médias vont plus parler du programme si une personne connue joue dedans.

Ça ne vous dérange pas d’avoir été engagée parce que vous étiez connue il y a vingt ans?
Non, je suis contente de travailler. Et je me suis beaucoup amusée dans ce rôle d’une décoratrice qui se fait berner par son amant. Il y a même des chances que je revienne pour un autre rôle. C’est la responsable du casting, qui travaillait pour AB Productions dans les années 90, qui m’a appelée pour me proposer de passer le casting.

Connaissiez-vous le programme avant d’arriver sur le tournage?
Pas du tout. On m’avait dit que c’était un peu racoleur, mais je m’en fous. C’est un personnage, c’est tout. Plein de gens adorent l’émission, en plus.

Combien avez-vous été payée pour «Le jour où tout a basculé»?
J’ai reçu 500 euros pour chacun des deux jours de tournage. Ce n’est pas énorme par rapport aux prix habituels, mais c’est correct. C’est du boulot, je prends (elle rit).

Vous avez également tourné dans «Les mystères de l’amour» cette année.
Oui, pour la troisième saison. J’ai accepté de reprendre le rôle d’Annette. Mais ça sera uniquement un clin d’œil. Je ne voulais pas en faire plus. C’est Bruno Le Millin (n.d.l.r.: Monsieur Girard dans «Premiers baisers») qui m’a convaincue de le rejoindre dans l’aventure. j’ai dit oui, pour le délire et pour le plaisir de retravailler ensemble. Ce qui était très chouette c’était de retrouver tous les gens de l’équipe. On a l’impression de revenir à la maison. Depuis 20 ans, ce sont toujours les mêmes.

Vous avez été interviewée par le magazine «Oops». Pourtant vous n’êtes pas une personne qu’on voit tous les jours dans ce genre de magazines.
En fait, ce sont des fans qui ont demandé à la journaliste de m’interviewer, ils voulaient savoir ce que je devenais. C’était très sympa.

Et la chanson, où en êtes-vous?

Ca va bien, ça avance aussi. J’ai fait pas mal de concerts ces derniers mois qui se sont très bien passés. Et ça continue. Au mois de mai je participe à un festival à Nantes dans lequel j’aurai l’occasion de tenter des trucs, des formes un peu bizarres. Et quand j’ai fait des concerts à Lille j’ai pris Maël Isaac comme première partie. C’est un garçon qui avait fait «Nouvelle Star». Il joue de la harpe et du coup, il m’accompagne à Nantes.

Allez-vous enregistrer un deuxième album?
C’est un peu le challenge de l’année. J’essaie de trouver un tourneur-manager-producteur, parce que j’en ai un peu marre de tout faire toute seule. J’ai peut-être trouvé. Il m’a proposé de peut-être enregistrer un deuxième album qui sortirait en numérique et en physique. Mais pour l’instant c’est encore en projet. Je pense que ce serait complètement acoustique, je me plais bien là-dedans. Ce côté intimiste me correspond bien.