«TV Star»

10 février 2011 19:58; Act: 10.02.2011 20:05 Print

«J’ai l’impression d’être un patron qui doit licencier»

par Stéphanie Billeter - A deux épisodes de la grande finale, prenons le pouls de l’émission avec le juré Laurent Deshusses.

storybild

Le trublion romand s’est mis dans la peau des candidats pour mieux les juger. (Photo: T. Kunz)

Une faute?

Comment se passe cette expérience?
C’est ma première fois et c’est assez surprenant. Comme je ne connaissais pas bien l’équipe au début, j’ai commencé par observer, en retrait. Je pense que ça s’est vu à l’écran...

A peine... et quelle est votre relation avec les candidats?
J’ai fait tellement de castings que j’ai de l’empathie pour eux. Je comprends leur ­angoisse et j’ai souvent envie de les rassurer. Il y en a certains qu’il a fallu pousser, d’autres les inciter à refaire la présentation mais différemment.

Etes-vous satisfait du choix des finalistes?
Oui, d’autant que c’est, jusqu’ici en tout cas, des décisions prises à l’unanimité du jury. Vous savez, sur 150 candidats, il n’y en a pas 5000 qui se détachent! J’ai même eu peur au départ qu’on ne trouve personne, puis on a passé le tamis et quelques pépites sont tombées.

Vous avez l’air serein. Quelle partie est la plus difficile?
L’élimination. C’est la règle du jeu, mais je déteste éliminer. Ça me terrorise. Je suis sûr que tout le monde voit que je n’aime pas cette étape. J’ai l’impression d’être un patron qui licencie un de ses employés.

Il y a tout de même des moments satisfaisants?
Oui bien sûr. Surtout la relation entre nous, le jury, et avec les membres de l’équipe. J’en profite pour donner de petits noms sympathiques à mes camarades. Saurez-vous reconnaître qui est la perchette ou le boucher des Balkans?