Nathalie Péchalat

03 octobre 2014 14:55; Act: 03.10.2014 14:55 Print

«J’apprends tous les jours dans «DALS»

par Julienne Farine - L'ex-patineuse est aujourd'hui candidate à «Danse avec les stars». Elle était de passage quelques heures à Genève pour parler d'un gala de patinage imaginé par Stéphane Lambiel.

Voir le diaporama en grand »

Sur ce sujet
Une faute?

Le 18 décembre prochain, Nathalie Péchalat patinera sur la glace des Vernets dans «Ice Legends», un gala créé par Stéphane Lambiel et réunissant quelques-uns des meilleurs patineurs du monde. La jeune femme était à Genève le 3 octobre pour parler de ce spectacle, de ses relations avec le patineur valaisan et de sa participation à «Danse avec les stars», sur TF1.

Comment est née la collaboration entre vous et Stéphane Lambiel?
Stéphane et moi sommes en compétition ensemble depuis 15 ans. On se connaît très bien. Plus qu'un partenariat sportif, c'est une vraie amitié qui s'est développée entre nous.

Quel sera votre rôle dans ce gala?
Ce que je peux vous dire, c'est que mon rôle est de patiner avec Fabian Bourzat (ndlr: son partenaire durant ses années de compétition). Je ne connais pas encore les numéros. J'attends de savoir ce que veut voir Stéphane. C'est lui qui va décider, en fonction aussi des autres patineurs et du programme du spectacle.

Le gala a lieu au mois de décembre. En ce moment, vous participez à «Danse avec les stars» et préparez une nouvelle exhibition avec Fabian. Comment réussissez-vous à tout concilier?
Je m'entraîne avec mon partenaire qui vient de temps en temps en France. J'arrive à diviser mes journées en deux entre mes entraînements au sol et mes entraînements sur glace. De toute façon, «Danse avec les stars» se finira bien avant le spectacle de Stéphane, j'aurai le temps de me préparer.

Les premiers entraînements pour «DALS» ont été difficiles?
Oui, mais aussi parce que j'ai un nouveau partenaire. Ce qui me rassurait avant, c'était la glace et Fabian. Là, je me retrouve avec du parquet et Grégoire. Il est un excellent partenaire, mais il faut du temps pour établir une connexion, une complicité et la relation de confiance. On apprend à se connaître et ça va de mieux en mieux. C'est compliqué après les 14 années passées avec Fabian d'enchaîner avec quelqu'un d'autre.


Samedi (4 octobre 2014), ce sera le premier prime durant lequel un candidat sera éliminé et vous venez en Suisse alors que vous pourriez être en train de vous entraîner.

Mais je vais m'entraîner tout l’après-midi. Je me focalise sur ma performance et sur la manière dont je peux l'améliorer. Je ne pense pas du tout au résultat ou aux conséquences. Je ne peux contrôler que mon numéro. Après, ce sont le juges et le public qui décideront. Il n'y a pas une grosse pression. Il n'y a rien de grave. Évidemment qu'on a envie que ça dure le plus longtemps possible, parce que c'est une belle aventure.

Aviez-vous regardé les premières saisons de l'émission?
J'avais suivi la version américaine, parce que j'ai passé les trois dernières années à Detroit. Je ne connaissais pas du tout la version française. Avant de commencer les entraînements, j'ai regardé un peu ce qui se faisait sur TF1 et j'ai vu de très belles choses.

Vous avez raccroché les patins il y a six mois. Comment se passe votre nouvelle vie?
Très bien. Il y a beaucoup de choses que je ne m'autorisais pas et que je peux faire aujourd'hui. Je ne regrette absolument rien de toute cette carrière, mais je ne suis pas nostalgique.

Quelles sont les choses que vous ne vous autorisiez pas avant et que vous faites maintenant?
Ce sont de petites choses, comme pouvoir manger ce dont j'ai envie, me lever plus tard le matin, sortir avec une copine et aller au restaurant en semaine, aller voir mes parents le week-end si ça me chante. Ce sont des plaisirs très simples.