Interview

08 mars 2011 16:57; Act: 08.03.2011 17:23 Print

«Je réalise que les tarés sont partout»

par Laurent Flückiger - A 53 ans, Ice-T s’éclate: sur les plateaux de «New York, unité spéciale», et dans les bras de sa femme.

storybild

«J'ai fait beaucoup de mauvais films, parce que, quand tu es dans le circuit, un tas t'amis te demandent de participer à leur projet.»

Une faute?

Partout où Ice-T va, elle est à portée de main. Pas son arme, mais Coco, vingt ans de moins que lui. Depuis qu’il l’a épousée en 2005, Ice-T est un homme souriant à la ville et un bon flic dans «New York, unité spéciale». Loin de sa réputation de rappeur-gangster des années 90.

Quand vous retournez à South Central, à L.A., que pensent vos amis sur le fait que vous incarniez un flic à la TV?
Ils adorent! D’où je viens à L.A., ils ne sont pas si stupides, ils savent que je joue un rôle. Si j’étais réellement entré dans les forces de l’ordre, ce serait autre chose.

Quelle est la part autobiographique dans votre rôle du détective «Fin» Tutuolas?
La façon dont je parle, dont je m’habille, mes réactions. En retour, je garde une seule chose de la série, mais elle est importante: à travers mon rôle de flic qui doit résoudre des crimes, je réalise combien de tarés il peut y avoir dans le monde.

Parmi vos fans?
Non, ils sont très cools avec moi. Je n’ai pas besoin de sécurité et je peux me montrer où je veux. Bien sûr, maintenant avec Coco, qui est si sexy, c’est elle qu’ils regardent.

Cela vous vexe?
Oh non! On est ensemble depuis dix ans. Elle est mon assistante et contrôle toutes les choses que je ne peux pas faire. Et c’est pour cela que ça marche.

Vous êtes toujours actif dans le rap?
Je fais toujours de la musique mais je n’ai plus la possibilité de partir en tournée. J’écris aussi un livre sur ma transition, venir de la rue et du crime et se retrouver aujourd’hui à Hollywood. Je dirige encore un doc sur le rap.

«New York, unité spéciale»: saison 12 inédite, tous les lundis, 22 h 30, TF1