Blessé sur ZDF

21 février 2011 09:26; Act: 21.02.2011 09:34 Print

«Je vais sortir d’ici sur mes deux jambes»

par Fabrice Aubert - Samuel Koch s’exprime pour la première fois depuis le grave accident survenu dans l’émission «Wetten dass..?» qui l’a rendu tétraplégique.

storybild

Samuel Koch est soigné au Centre suisse des paraplégiques de Nottwil. (Photo: Fondation suisse des paraplégiques)

Sur ce sujet
Une faute?

Cela fait près de trois mois que le jeune Allemand Samuel Koch se trouve dans le centre pour paraplégiques de Nottwil. Il se bat de toutes ses forces pour retrouver une vie normale. «Je sais pertinemment que je vais sortir d’ici sur mes deux jambes», déclare-t-il dans le «Bild» qui a obtenu la première interview de Samuel Koch depuis son accident survenu à la télévision allemande.

Il s’était gravement blessé le 4 décembre dernier en tentant de sauter par-dessus une voiture, conduite par son père, qui lui fonçait dessus. Il s’agissait d’un défi réalisé en direct dans l’émission «Wetten dass..?» de ZDF. «Peu de temps après l’accident, j’ai eu une indomptable envie de survivre. C’est ce que l’on m’a raconté, je ne m’étais rendu compte de rien moi-même», déclare-t-il au quotidien allemand.

Paralysé depuis sa chute, Samuel garde une force et un optimisme incroyable en lui: «Je veux retrouver pleine possession de mes moyens. Je vais être heureux de nouveau, je vais avoir du plaisir dans la vie, il en a toujours été comme ça.»

«Je vois la vie comme un cadeau

La semaine passée, le jeune homme a été mis pour la première fois dans une chaise roulante. Un grand pas pour lui. «Fondamentalement, je vois la vie comme un cadeau, explique-t-il. Il y a beaucoup de gens qui vont bien plus mal que moi. Et il serait stupide de ne pas accepter et profiter de ce cadeau qu’est la vie.»

En plus de ses nombreuses séances de thérapie, Samuel trouve encore la force de suivre des cours d’anglais et de français. Mais malgré cette force intérieure, il avoue passer par des phases de dépression. «J’ai déjà eu des moments où je me voyais plutôt dans le ciel que couché sur ce lit. Dans le ciel je me voyais dans une meilleure posture que celle de ma désagréable situation actuelle.» Mais lorsqu’il est submergé par des doutes, Koch peut compter sur sa famille qui l’entoure et vit à ses côtés depuis le drame.