Patrick, «Nouvelle star»

05 avril 2016 06:29; Act: 05.04.2016 06:29 Print

«Les candidats pensaient que j'avais été pistonné»

par Julienne Farine - La troisième tentative aura été la bonne pour Patrick Rouiller, seul Suisse finaliste de cette saison de «Nouvelle star».

Sur ce sujet
Une faute?

Il y a 11 ans, le Fribourgeois avait été éliminé à l'issue des épreuves du théâtre. L'an dernier, c'est lui qui avait choisi de partir avant les prime, préférant se consacrer à la Montreux Jazz Academy. En 2016, le jeune homme de 27 ans a enfin atteint son but: être sélectionné pour les directs.

Y a-t-il un nombre limite de participations à «Nouvelle star»?
Non, je ne crois pas. Je vais donc participer chaque année jusqu'à la fin de ma vie (il rit).

Quelle était votre relation avec ceux qui participaient à l'émission pour la première fois?
De prime abord, j'étais très mal vu. Comme je connaissais tous les techniciens, tous les cameramen, quand j'arrivais dans les salles, j'allais dire bonjour à tout le monde. Les candidats pensaient que j'avais été pistonné. Ensuite, ils sont venus vers moi, m'ont posé des questions et on a pu échanger.

Quels sont vos atouts pour remporter cette saison?
Le fait d'avoir été éliminé à plusieurs reprises est mon principal atout. En 10 ans, on fait pas mal de choses, on travaille énormément. Pour moi, il n'y a pas vraiment d'enjeu et je vais essayer d'avoir le maximum de plaisir. Je pense que c'est ce qui peut faire la différence. Il faut être un peu décalé, ne pas trop se prendre au sérieux, avoir de l'autodérision et faire de bons choix.

Qu'est-ce que vous attendez de cette émission?
Le fait d'accéder à ces primes, c'est boucler une boucle, ne pas avoir de regrets surtout. Là, je me prouve que j'ai évolué, que j'ai travaillé. Pour moi c'est déjà une super victoire. Ce que j'attends, c'est un peu plus de visibilité. En Suisse romande, il n'y a pas vraiment de choses qui sont faites pour les jeunes musiciens, pour les mettre en avant. Ce que j'attends, c'est de nouer des contacts, d'avoir des gens qui me suivent. Ça commence un peu sur les réseaux sociaux. Je pense que c'est un élément-clé, surtout si on veut sortir un disque. Je suis en train de travailler sur un EP, ça permet d'avoir un public nouveau.

Si vous gagnez l'émission, vous remporterez un contrat avec une maison de disques pour un album. Que va-t-il se passer avec vos projets actuels?
Le but c'est de garder son esprit, ses idées, sa ligne pour faire quelque chose qui me ressemble. Si ce n'est pas possible, je ne vais pas continuer avec une maison de disques.

Pendant l'émission, êtes-vous prêt à chanter des titres que vous n'appréciez pas?
Oui, parce que ma spécialité c'est de tout adapter à ma sauce. Franchement, si on me propose une daube, je vais tout faire pour que ça tourne à mon avantage.

Qu'est-ce qu'on peut vous souhaiter?
De me marrer le plus possible sur les prime et de prendre du plaisir dans la musique.