M6

30 avril 2014 16:37; Act: 30.04.2014 16:59 Print

Des marques lâchent «Pékin express»

Plusieurs partenaires de l'émission ont mis fin à leur collaboration après avoir été interpellés par des internautes.

storybild

Les candidats traversent la Birmanie pendant leur aventure. (Photo: Patrick Robert)

Sur ce sujet
Une faute?

Les logos des marques H&M, Guy Degrenne, Twins For Peace, Bollywood Sari, Sari City ont disparu de la liste des «partenaires» sur le site de l'émission, qui avait supprimé cette rubrique avant de la réafficher, vidée de certains noms.

Contactée par l'AFP, la célèbre marque de prêt-à-porter H&M s'est défendue mercredi d'être partenaire de l'émission: «H&M prête des échantillons pour habiller Stéphane Rotenberg (le présentateur) sur «Pékin Express». Nous sommes cités dans les remerciements mais il n'y a aucun aspect financier». Selon cette porte-parole, l'entreprise a demandé le retrait de son logo du site «pour éviter toute confusion».

L'émission accusée de «taire le génocide»

A l'origine de cette défection, le hashtag #contrepekinexpress2014 sur Twitter par Baraka City, association humanitaire qui se dit «basée sur des valeurs islamiques», trois jours avant la diffusion du premier épisode mi-avril. Baraka City accuse M6 de «taire le génocide» de la communauté musulmane Rohingya en Birmanie.

Un rapport de Human Rights Watch du 22 avril 2013 évoque des villages entiers rasés et «une campagne de nettoyage ethnique à l'encontre des musulmans rohingyas dans l'État d'Arakan depuis juin 2012» orchestrée par les autorités birmanes.

M6 se défend

Al-Kanz.org, qui se définit comme «le portail des musulmans consommateurs», s'est emparé de la cause à son tour, appelant ses internautes à interpeller les marques partenaires de l'émission.

M6 s'est défendue en rappelant que «Pékin Express», émission de voyages et d'aventures, était un divertissement: «les questions géopolitiques sont à même d'être traitées par l'information et non pas par un programme de divertissement comme «Pékin Express» (...) Qu'on nous targue de complicité de génocide, c'est assez blessant».

(afp)