RTS

06 juillet 2018 07:23; Act: 06.07.2018 07:23 Print

Faire du fantastique: le pari du «5e cavalier»

Coproduite par la RTS, la websérie «Le 5e cavalier» alterne science-fiction et horreur au long de neuf épisodes très réussis.

Sur ce sujet
Une faute?

Au départ, il y avait l'histoire, un peu folle mais vraie, d'un collectionneur genevois. Après sa mort, on avait découvert qu'il conservait chez lui les cadavres de soldats du XIXe siècle. Un sujet parfait pour un amateur de récits fantastiques comme Julien Dumont et JD Schneider, auteurs du «5e cavalier». «Quand un ami nous a raconté ça, on s'est dit que c'était presque trop beau», souffle le premier.

Ne manquait plus que l'occasion de se lancer dans la réalisation et la production d'une fiction inspirée de ce fait divers. Cette occasion, c'est la RTS et le Festival international du film fantastique de Neuchâtel qui l'ont donnée aux deux hommes, avec un appel à projets pour une fiction fantastique, qu'ils ont remporté. «Ce concours était l'occasion pour nous de travailler avec la RTS, de profiter de cette vitrine pour montrer qu'on peut faire quelque chose de bien et de fantastique en Suisse. C'est un pari très risqué de faire du genre assumé», explique Julien Dumont, qui dirige, avec son épouse, un atelier d'effets spéciaux à Genève.

Plus que le genre, il a fallu composer avec un budget limité de 400'000 fr., dont 160'000 provenaient de la RTS et 80'000 de la Fondation romande pour le cinéma. «On a pu limiter les coûts grâce à notre atelier, sinon une telle série aurait été impossible à faire avec ces moyens», assure le Genevois.

«Le 5e cavalier», à voir dès le 6 juillet 2018 au soir sur: rts.ch/5ecavalier


(Julienne Farine)