«Infrarouge»

02 décembre 2009 11:21; Act: 03.12.2009 08:12 Print

Gros clash entre Freysinger et Cohn-Bendit sur la TSR

Le député français Daniel Cohn-Bendit a eu un échange musclé face à Oskar Freysinger mardi soir dans l’émission «Infrarouge» sur la TSR.

Un extrait de l'accrochage entre Daniel Cohn-Bendit et Oskar Freysinger dans l'émission «Infrarouge» de la TSR, mardi soir.
Une faute?

La tension était palpable mardi soir dans «Infrarouge», lors du débat faisant suite à l’acceptation par le peuple suisse de l’interdiction de minarets, et particulièrement entre Oskar Freysinger et Daniel Cohn-Bendit.

«La Suisse ne s’en sortira que si elle se remobilise, qu’elle refasse une votation dans un an, qu’il y ait un grand débat en Suisse et que la Suisse lave ce vote honteux», a déclaré le député français au Parlement européen. «C’est les citoyens et les citoyennes suisses qui peuvent réparer ce truc et puis après on verra. Mais il faut arrêter d’être comme ça hypocrite ‘j’ai rien contre les musulmans, je veux juste les blesser, je veux juste leur foutre une gifle’. C’est comme les parents qui mettent des gifles à leurs enfants mais disent ‘j’adore les enfants’».

«Oh oui, ça on sait que vous adorez les enfants, vous l’avez bien décrit dans votre livre», a lancé l’UDC valaisan en interrompant Daniel Cohn-Bendit. Oskar Freysinger faisait allusion au livre «Le Grand Bazar», publié en 1975, et dans lequel Daniel Cohn-Bendit évoquait son activité d'éducateur dans un jardin d'enfants allemand. Les propos tenus dans cet ouvrage ont fait polémique à plusieurs reprises dont la dernière date de juin dernier lorsque François Bayrou avait ressorti cette affaire dans un débat télévisé. Cohn-Bendit avait déclaré avoir «des remords d'avoir écrit tout cela», affirmant avoir «raconté ça par pure provocation, pour épater le bourgeois».

Daniel Cohn-Bendit: «Vous êtes tellement débile!»

Suite à l'attaque de Freysinger sur ce livre, le politicien français lui a rétorqué: «Ah je vous attendais, vous êtes tellement débile que vous tombez dans tous les pièges, mais oui mon chéri je vous embrasse!»

Oskar Freysinger est alors monté sur ses grands chevaux s’insurgeant des remarques du Français: «Monsieur, prendre des leçons par un lanceur de pavé de votre sorte. Vous venez faire la leçon à un système démocratique à partir de votre passé Monsieur. Mais moi je me cacherais de honte. Dany le rouge de honte oui voilà comment on devrait vous appeler».

Monsieur Cohn-Bendit a réagi en affirmant: «Je ne sais pas qui dans le monde d’aujourd’hui devrait avoir honte. Monsieur Freysinger je vous dis une chose, ce que la Suisse, la majorité, a fait, la plupart des peuples européens ne le comprennent pas».

Plus tard dans le débat, les deux politiciens se sont relancés quelques piques musclées. «Freysinger, Khadafi même combat, ça c’est bien», a déclaré Daniel Cohn-Bendit. Ce a quoi l’UDC valaisan a rétorqué «J’allais répondre 'Cohn-Bendit, vil coït'! Mais c’est incroyable alors le Cohn-Bendit il n’a pas changé depuis mai 68, il a une constance assez admirable».


Reprenez ce thème sur votre page web, votre compte Facebook ou votre blog:

(fab)