L'après téléréalité

28 février 2011 16:38; Act: 28.02.2011 19:28 Print

Kenza: «Loft Story, une erreur de jeunesse»

Dix ans après la fin de la première téléréalité française, Kenza regrette d'y avoir participé et traîne toujours ce «boulet».

Une faute?

Dix ans après l’immense succès de Loft Story, Kenza, alias Manal Braïga, regrette d’y avoir participé.

Interviewée par France-Soir, la désormais journaliste et auteure, ne mâche pas ses mots. Approchée par la chaîne NRJ 12 récemment pour participer à une téléréalité intitulée «Les Anges de la téléréalité», elle a catégoriquement refusé d’y prendre part. Même Steevy, ancien «Lofteur» en 2001 n’a pas réussi à la convaincre, tout comme la prod' de la chaîne, qui était prête à débourser entre «5000 et 10'000 euros pour trois semaines de tournage» pour la filmer à nouveau.

Le Loft? «Une erreur de jeunesse»!

La belle dit avoir passé à autre chose. «L’aventure du Loft est pour moi anecdotique. Ça reste un boulet que je traîne et qui me suivra encore longtemps. Si on me le proposait aujourd’hui, je n’accepterais jamais. Le revers de la médaille a été difficile à supporter». A 35 ans, l’ex-lofteuse, devenue journaliste, pense que sa participation à ce programme était «une erreur de jeunesse».

Reconversion réussie

Ses déclarations tombent à point nommé. La belle est l’auteure d’un ouvrage nommé «Je suis arabe… et je m’en sors!», où elle parle des avantage d’avoir des origines maghrébines en France. Son livre se veut anti-clichés dans le but de déstigmatiser la communauté arabo-musulmane, selon France-Soir.

(cdu)