RTSUn

15 novembre 2018 21:52; Act: 21.11.2018 08:41 Print

L’Ecole hôtelière dévoile son univers impitoyable

par Ludovic Jaccard - La série-doc «A l'Ecole hôtelière» dévoile le quotidien de cinq étudiants suisses pendant leur formation professionnelle. Et ça vaut le détour!

Voir le diaporama en grand »
Dans la série documentaire «A l'Ecole Hôtelière», sur RTSUn, nous découvrons trois étudiants en début de formation, Emma Pittet, Alexandre Attia et Alexandre Charlaix. Pour Alexandre, jeune Parisien de 19 ans installé en Suisse romande depuis 7 ans, la formation à l'EHL est parfois compliquée à vivre. Surtout à cause de certaines règles strictes. «Parfois il y en a trop. Sur la tenue des étudiants notamment. On est peu robotisés je trouve», déplore-t-il. Ravi de constater que cette formation offre de multiples opportunités professionnelles, le jeune homme se verrait bien faire carrière dans l'immobilier. Emma aime beaucoup cette formation mêlant théorie et pratique. «Je me laisse encore un peu de temps avant de choisir dans quelle orientation je vais aller. Cette école ouvre beaucoup de portes», se réjouit la jeune femme de 21 ans. Plutôt réservée,la Fribourgeoise a parfois été stressée devant les caméras. «Il y a des jours où on se sent moins bien et où on est moins coopératif. Mais je garde un très bon souvenir de ce tournage. Les cameramen étaient très sympas», se souvient-elle. Alexandre, 19 ans, pensait d'abord se lancer dans le graphisme. Il a finalement changé d'avis. «J'ai beaucoup aimé l'ambiance de cette école et ce quelle pouvait m'apporter», dit-il. Porter des uniformes ne le dérange pas plus que ça, même s'il n'aime pas toujours porter des cravates. Dans la série documentaire, Annina von Falkenstein fait sa 3ème année de Bachelor, à seulement 21 ans. La Bâloise a toujours voulu faire cette formation. «Le côté international de l'école est très intéressant. On rencontre plein de gens d'origines différentes au quotidien», dit-elle. La jeune femme se verrait bien devenir un jour directrice d'un hôtel. En attendant,elle travaille aujourd'hui aux ressources humaines d'un hôtel, à Berne. Aussi en fin de parcours, Afrim Beqa, 27 ans, a été mécanicien avant d'intégrer l'EHL. «Il n'y a rien qui ma déplu dans cette formation. Porter des costumes avec cravate ou des uniformes ne m'a jamais dérangé, dit-il.Je trouve cela très élégant, cela na donc pas été un fardeau.» Actuellement en voyage autour du monde, le Romand d'origine kosovare souhaite bientôt ouvrir un restaurant à Lausanne.

Une faute?

Après «Les apprentis» diffusé en 2017, la RTSUn propose dès vendredi 16 novembre 2018, à 20h10, un nouveau feuilleton documentaire sur la formation professionnelle en Suisse. Dans les cinq épisodes de «A l'Ecole hôtelière», réalisés par Fred Florey, cinq étudiants de l'EHL vont feront découvrir leurs parcours dans cette institution au règlement quasi militaire.

Sur le campus qui brasse 110 nationalités, trois étudiants suisses sont en année préparatoire: Alexandre, Parisien de 19 ans installé en Suisse romande, plutôt dissipé durant les cours. « J'ai eu pas mal de convocations avec l'administration. On me dit souvent que j'ai un côté adorable et un côté détestable. Quand on ne me respecte pas, j'agis en conséquence», explique le jeune homme qui souhaite faire carrière dans l'immobilier. Quant à Emma, elle adore ses études. «L'événementiel m'a toujours beaucoup intéressée et il y a aussi le côté pratique avec les stages qui sont très intéressants », confie la Fribourgeoise de 21 ans. A 19 ans, Alexandre vit pour la première fois loin de sa famille. « Ça change de devoir s'occuper de soi-même et de penser à tout. Mais c’est sympa », confie l'étudiant genevois d'origine asiatique.

Un rêve devenu réalité

Vous découvrirez aussi deux autres étudiants en fin de parcours: Annina, et Afrim. La Bâloise de 22 ans est aux anges à l'EHL. «C'était mon rêve depuis l’âge de 10 ans. J'ai toujours voulu devenir directrice d'un hôtel un jour», dit-elle. Quant à son collègue de 27 ans, d'origine kosovare, il est tout aussi ravi de cette formation. « C'est l'amour et la passion que j'ai pour les gens qui m’ont poussé à m'inscrire dans cette école, explique cet ancien mécanicien lausannois. Ce qui m'a le plus marqué, c'est la diversité culturelle et tous les liens qu'on peut y établir. » On a donc hâte de découvrir leurs parcours hauts en couleurs.

Regardez la bande-annonce de la série documentaire «A l'Ecole hôtelière», dès le 16 novembre, à 20h10 sur RTSUn.

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 72 heures est automatiquement désactivé en raison du très grand nombre de messages que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • nos impôts. le 15.11.2018 22:10 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Les moyens financiers ?

    Il faut juste avoir les moyens financiers ! combien ça coûte déjà ? Il y a des vrais nuls qui en sortent, pas foutus dehors tant qu'ils paient ! Par contre super école formatrice en effet. Dommage qu'elle ne forme que ceux qui ont de l'argent.

  • Pitch999 le 15.11.2018 22:46 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Cohabitation

    Pas évidente la cohabitation avec les habitants autour de lécole hôtelière. Une majorité de fils à papa qui nont semble-t-il aucune éducation et aucun respect pour les autres. Fêtes à pas dheure. Se croient tout permis. Roulent sur la route de Berne comme des malades. Nos autorités font tout pour eux. Ont nous demandent dutiliser les transports publics et ont fait tout pour dégoûter les automobilistes. Par contre pour eux ont va leur faire une giratoire juste devant lécole.

  • a. isler le 15.11.2018 22:05 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    ehl ne sait oas se vendre

    L'école hôtelière une école qui ne sait que se vendre d'un point de vue pratique alors que lon y forme des manager opérationnels qui seront les pointures dans leurs domaines demain et aussi des banquiers, des Rh, ou des entrepreneurs bref tout sauf des serveurs et cuisiniers

Les derniers commentaires

  • Un ancien le 16.11.2018 23:39 Report dénoncer ce commentaire

    Un ancien

    Je me suis auto-financé en gradant à larmee et travaillé durant mes études, donc non il ny a pas que des fils à papa là-bas...

  • Le Tessinois le 16.11.2018 23:30 Report dénoncer ce commentaire

    EHL

    Tres bonne école!

  • a little bit funny le 16.11.2018 22:49 Report dénoncer ce commentaire

    sous d'autres cieux

    En Asie du Sud-Est on dit "il est un peu Anglais!" Sous d'autres cieux, dans les pays francophones on dit "il est un peu diplômé de l'école hôtelière de Lausanne!" Mais avec notre nouvelle mondialisation, nous sommes tous des enfants du monde, et notre fondue au fromage se trouve à Alicante, à Benidorm, dans les 16 restaurants de Manille au coeur de "Metro Manila", dont 6 restos typiquement suisses de catégorie de luxe à Makati City, que Lausanne et Genève ne peuvent pas imaginer. (Can you imagine?) Et tu t'arrêtes, tu chiales comme un enfant, et tu ne sais plus que dire... loka, loka, ka...

  • jules d le 16.11.2018 20:55 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    merci papa

    merci papa lol

    • Kiki Lakekett le 16.11.2018 23:08 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

      @jules d

      Pour les couples modernes: merci papas!

  • une école pour les nuls le 16.11.2018 20:22 Report dénoncer ce commentaire

    bachelor en management?

    Ma petite secrétaire, (école de commerce - haute gestion), doit connaître (Word, Excel, Access, PP), (JavaScript) HTM, Acrobat PRO et OpenOffice. - Votre "diplômé" de l'école hôtelière de Lausanne, fils à papa reçoit "bachelor en management", mais ne sait pas remplir sa déclaration d'impôts en 11 mouvements de souris, que toute personne normale fait depuis 1995, aime vendre des casseroles, bouffe chez ses amis toute sa vie, arnaque ses amis, bouffe son héritage à la rue de Berne, et ruiné quitte la Suisse pour arnaquer l'Amérique? C'est un homme raté, sans aucune valeur morale...

    • Neutre le 16.11.2018 23:16 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

      @une école pour les nuls

      On ressent par contre facilement une intelligence supérieure à la moyenne chez la personne ayant rédigé ce post :)